samedi 21 janvier 2017

Sanctuaire du coeur - Duong Thu Huong

Par Ariane



Auteur : Duong Thu Huong

Titre : Sanctuaire du cœur

Genre : roman

Langue d’origine : vietnamien

Traducteur : Phuong Dang Tran

Editeur : Le livre de poche

Nombre de pages : 816p

Date de parution : janvier 2013

Présentation de l’éditeur :

La fugue de Thanh, seize ans, plonge dans la stupeur ses parents, un couple de professeurs respectés, et les habitants de Lan Giang, la petite ville où vit cette famille modèle. Quand on le retrouve quatorze ans plus tard - en 1999, le temps du récit -, il est devenu gigolo, entretenu par une femme d'affaires rencontrée dans la maison close de Saigon où il exerçait ses talents de prostitué. Comment et pourquoi ce jeune homme sans histoires en est arrivé là, c'est ce que dévoile ce roman diaboliquement construit. En toile de fond, le Vietnam, dominé par le sexe, le pouvoir et l’argent et à jamais marqué par le traumatisme de la guerre. Jamais la militante ne prend le pas sur la romancière, cette magicienne de la langue capable de faire sentir au lecteur l’odeur d’un jardin de pamplemoussiers, comme de lui faire partager les tourments d’un adolescent à l’innocence trahie. Alexis Liebaert, Marianne.



Mon avis :

Terre des oublis de Duong Thu Huong avait été le sujet du premier article de ce blog. Deux ans après ma lecture je garde encore un souvenir fort et ému de ce magnifique roman. Je m’étais alors promis de rapidement découvrir d’autres romans de l’auteur, il m’aura fallu tout ce temps pour enfin en sortir un de ma PAL.

A 16 ans Thahn est un garçon sans histoires. Etudiant brillant promis à un bel avenir, il est le fils unique et choyé d’un couple de professeurs. Aussi sa fugue soudaine est-elle totalement incompréhensible pour ces proches. Le prologue s’ouvre avec le désespoir de la famille confrontée à cette absence et pour la suite du roman nous retrouvons Thahn 14 ans plus tard. Devenu prostitué, il a accepté de lier son destin à celui d’une femme riche bien plus âgée que lui et folle amoureuse. Thahn lui n’éprouve pas grand-chose pour cette femme qui lui permet toutefois de vivre dans le confort. N’ayant rien à faire de son temps, Thahn se remémore son passé depuis les jours heureux de l’enfance en compagnie de ses parents et de Tra My, son premier amour, jusqu’aux événements ayant conduit à sa fugue.

En remontant le fil de l’histoire de Thahn, Duong Thu Huong raconte les destins de multiples personnages dont les histoires s’imbriquent dressant une fresque du Vietnam. L’histoire du Vietnam, la colonisation française, l’arrivée du communisme, la guerre contre les Américains et les répercussions de ces événements sur le peuple vietnamien sert de toile de fond à l’histoire de Thahn.

Si j’ai été moins séduite par l’histoire de Thanh que par celle de Miên, Bôn et Hoan, j’ai été une fois de plus totalement conquise par l’écriture de Duong Thu Huong. Une écriture vibrante, donnant réalité aux images, aux sons, aux odeurs, transportant le lecteur au cœur du Vietnam. C’est un pavé de plus de 800 pages, pourtant les pages se tourne avec aisance, sans que l’on s’en rende compte et c’est avec une pointe de tristesse que l’on quitte ce roman.
Comme lors de ma précédente lecture de l'auteur, j'ai désormais très envie de lire un autre roman, en espérant que je n'attende pas aussi longtemps ! 



Extrait :

« L’odeur suave de la goyave mûre ravive la soif de soleil, de vent et les rêves fous de l’âge du revenez-y. Elle rappelle l’odeur de la peau, de la chair et des illusions. »

L'avis de Jostein 


https://deslivresdeslivres.wordpress.com/2014/06/05/challenge-1-pave-par-mois/comment-page-1/

jeudi 19 janvier 2017

Station eleven - Emily StJohn Mandel

Par Ariane




Auteur : Emily StJohn Mandel

Titre : Station eleven

Genre : roman

Langue d’origine : anglais (Canada)

Traducteur : Gérard de Cherge

Editeur : Payot

Nombre de pages : 480p

Date de parution : août 2016

Présentation de l’éditeur :

Dans un monde où la civilisation s’est effondrée suite à une pandémie foudroyante, une troupe d’acteurs et de musiciens nomadise entre de petites communautés de survivants pour leur jouer du Shakespeare. Un répertoire qui en est venu à représenter l’espoir et l’humanité au milieu de la désolation.


Mon avis :

Tous les lecteurs du monde connaissent ce sentiment : quand on n’arrive pas à lâcher un livre, qu’on a hâte de s’y replonger, qu’on le lit avec voracité tout en guettant avec inquiétude la fin qui approche. Même quand je lis de très bons romans, je ne ressens qu’assez rarement cette exaltation. Ça a été le cas avec Station eleven.

Lors d’une représentation du Roi Lear à Toronto, le célèbre acteur Arthur Leander s’écroule sur scène, terrassé par une crise cardiaque. Quelques heures plus tard les premiers cas d’une grippe féroce se déclarent sur le continent américain en provenance de Russie. Ce virus va tuer plus de 99% de la population mondiale en quinze jours. Vingt ans après, le monde a radicalement changé. Les survivants survivent dans un nouveau monde, mais parce que Survivre ne suffit pas, une petite troupe d’artistes baptisée La symphonie itinérante, va de ville en ville jouer du Shakespeare et du Beethoven.

Le roman offre tout d’abord de beaux personnages : Arthur, Clark, Miranda, Kirsten, Jeevan. La partie pré-apocalyptique du récit se centre autour de la personne d’Arthur, acteur star vieillissant, marié et divorcé trois fois, père d’un petit garçon qui vit à des milliers de kilomètres. Les autres personnages ont un lien avec Arthur. J’ai aimé ces personnages, leur fragilité, leur humanité.

Je ne suis pas du tout friande de science-fiction, pourtant j’aime assez les récits post-apocalyptiques. Alors je ne parle pas des univers YA où des hordes d’adolescents doivent sauver le monde. Non, aucun intérêt pour moi. Mais j’aime ces récits où un monde nouveau s’offre aux survivants. Un monde où tout est à construire, un territoire vierge. C’est à la fois magnifique et terrifiant. Terrifiant bien sûr par ce par quoi il faut en passer : la maladie, la mort, la destruction. Terrifiant également d’imaginer cette humanité dépouillée de tous ses accessoires, livrée à elle-même, revenue à l’essentiel : la naissance, la vie, la mort.

Vingt ans après l’épidémie, le monde est devenu moins hostiles, les survivants vivent en petites communautés très isolées, seuls les marchands permettant la circulation des biens et des informations. Mais la Symphonie itinérante apporte un répit dans le quotidien en apportant la beauté et l’art aux survivants, réminiscences d’un monde disparu.

Que faire de ce monde disparu d’ailleurs ? Pour ceux qui s’en souviennent, les souvenirs sont lourds de ce qui a disparu, de ceux qui ont disparu. Mais ceux qui étaient trop jeunes ou qui sont nés après, peinent à comprendre ce qu’était ce monde qui s’apparente pour eux à un mythe. Faut-il leur raconter ce monde où il suffisait d’appuyer sur un bouton pour avoir de la lumière, de la chaleur en hiver ou de la fraicheur en été ? Où l’on pouvait facilement se déplacer en voiture ou aller à l’autre bout du monde en avion ? Où l’on pouvait parler à une personne par téléphone ? Où grâce à un ordinateur on pouvait avoir accès à toutes sortes de connaissances ? Où il suffisait d’ouvrir le frigo pour avoir de la nourriture, d’aller à la pharmacie pour  avoir des médicaments ? Toutes ces choses qui font notre quotidien, auxquelles on ne prête pas attention tant elles semblent aller de soi. Comment imaginer que tout cela disparaisse ?

Car après tout, ce qui est décrit dans le roman est plausible. Pas de zombis ni d’extraterrestres, pas de terroristes ayant causé la catastrophe. Juste un virus. Après tout, des épidémies meurtrières l’humanité en a déjà connu. Et c’est bien ce qui est le plus effrayant. Tout cela est possible. Effrayant donc, mais le roman n’est en rien déprimant. Au contraire, c’est un livre empli de lumière et de beauté, de nostalgie pour un monde perdu et d’espoir pour un monde nouveau. 
Bon allez, deux petits défauts tout de même. Tout d'abord, le fait que les personnages secondaires sont nommés par leur fonction (la troisième guitare, la clarinette,...). Je comprends que cela a pour but de ne pas perdre le lecteur parmi une multitude de personnages, mais le rendu est un peu étrange. Quand les artistes de la Symphonie itinérante parlent entre eux d'un autre membre de la troupe de cette façon alors qu'ils vivent ensemble depuis des années, ça manque de crédibilité. Sinon, j'ai trouvé que le sort du Prophète était réglé de façon un peu expéditive.  

C’est donc un énorme coup de cœur pour ce roman passionnant que je recommande à tous, même à ceux qui comme moi, n’aiment pas la science-fiction.



Extraits :

« La beauté de ce monde quasiment dépeuplé. Si l’enfer c’est les autres, que dire d’un monde où il n’y a presque plus personne ? » 

« Peut-être l’humanité s’étendrait-elle bientôt, simplement, mais Kirsten trouvait cette idée plus apaisante que triste. Tant d’espèces étaient apparues sur la Terre et avaient disparu par la suite ; quelle importance, une de plus ? »

"Plus d'Internet. Plus de réseaux sociaux, plus moyen de faire défiler sur l'écran des litanies de rêves, d'espoirs fiévreux, des photos de déjeuners, des appels à l'aide, des expressions de satisfaction, des mises à jour sur le statut des relations amoureuses grâce à d es icônes en forme de cour - brisé ou intact -, des projets de rendez-vous, des supplications, des plaintes, des désirs, des photos de bébés déguisés en ours ou en poivrons pour Halloween.Plus moyen de commenter ou de lire les récits de la vie d'autrui et de sentir ainsi un peu moins seul chez soi. Plus d'avatars."

L'avis d'Eva qui m'a donné envie de lire ce livre. Merci !  
Les avis de Clara, Noukette, Léa, Aifelle,
https://deslivresdeslivres.wordpress.com/2014/06/05/challenge-1-pave-par-mois/comment-page-1/

mercredi 18 janvier 2017

Mercredi, c'est le jour des petits : Le jardin des ours - Fanny Ducassé

Par Ariane

Auteur : Fanny Ducassé
Titre : Le jardin des ours
Editeur : Editions Thierry Magnier


Présentation de l'éditeur :
Les souvenirs dansent et se cognent dans la tête de ce petit ours, souvenirs des bons moments passés avec Papi et avec Pépé. Il s’invente alors un jardin, sans puceron ni mouron, pour les siroter et ne pas les oublier. Un jardin comme une maison où se retrouver, pour ne plus avoir peur de s’éloigner.

Mon avis :
Il n'y a plus que dans sa tête que le petit ourson peut retrouver son Papi et son Pépé. Il invente un jardin fleuri et coloré, et il se souvient. Papi fait sa gym, prépare de bons petits plats et s'affaire dans son potager, avec Pépé l'ourson se promène en forêt et cueille des fraises, puis l'écoute chanter.
L'ourson, c'est l'auteur, qui partage avec le lecteur ses souvenirs emplis de douceur et de nostalgie. Les illustrations tout en rondeurs, aux couleurs douces, s'harmonisent parfaitement à l'histoire.
Les enfants se posent souvent des questions sur la mort, et avec cet album nous avons pu parler du souvenir, de la place que les disparus peuvent toujours tenir dans nos cœurs et nos pensées. 
Pour la grande émotive que je suis, le pouvoir lacrymal de cet album est particulièrement élevé ! Et j'ai repensé aussi à mon grand-père et à ces moments partagés déjà si loin. Et malgré la tristesse, ça fait du bien de repenser à ceux que l'on aime et qui ne sont plus.

mardi 17 janvier 2017

30 livres à lire en 2017

Par Ariane

Je crois l'avoir déjà dit à plusieurs reprises, mais j'adore faire des listes. Et notamment des listes de livres. A l'occasion d'un petit tour en librairie, lors d'un passage en bibliothèque ou en lisant des articles de blogs, je note les titres qui m'intéressent. Et ma liste de souhaits est désormais si longue que je sais bien que je ne pourrai jamais lire tout ça. D'autant que j'ajoute des titres plus vite que je n'en raye. 
Je vais donc faire une nouvelle liste de livres en me lançant un challenge personnel. Parmi ma liste de souhaits et dans ma PAL, j'ai sélectionné 30 livres que j'ai vraiment, mais vraiment très envie de lire. Mon objectif sera de lire ces livres en 2017 ou en tous cas un maximum d'entre eux. Alors quelle est ma sélection ?



Jane Austen - Emma 
Russel Banks - American darling 
T.C. Boyle - Un ami de la terre 
Ray Bradbury - Fahrenheit 451 
Anne Brontë - La recluse de Wildfell hall 
Jaume Cabre - Confiteor 
Emmanuel Carrère - Le royaume 
Tracy Chevalier - La dame à la licorne
René Denfeld - En ce lieu enchanté 
Daphné du Maurier - Ma cousine Rachel 
Alexandre Dumas - Le comte de Monte-Cristo 
Susan Fletcher - Un bûcher sous la neige 
Laurent Gaudé - La mort du roi Tsongor 
Tim Gautreaux - Nos disparus 
Valentine Goby - Banquises 
Jean-Michel Guenassia - Le club des incorrigibles optimistes 
Henri James - Le tour d'écrou 
Haruf Kent - Le chant des plaines 
Stephen King - Misery 
Jon Krakauer - Into the wild 
Pierre Lemaître - Au-revoir là-haut 
Cormac McCarthy - La route 
Philip Meyer - Le fils 
Hubert Mingarelli - La route de Beït Zera 
Anne Percin - Les singuliers 
Ron Rash - Le monde à l’endroit 
Luke Rhinehardt - L’homme-dé 
Zadie Smith - De la beauté 
Jon Kalman Stefanson - La tristesse des anges 
David Vann - Sukkwan Island

Si vous êtes intéressé pour une lecture commune, n'hésitez pas à me le dire.