jeudi 21 mars 2019

Dans notre boîte aux lettres, il y a... Fanette et Filipin

Par Daphné











Présentation :

Fanette et Filipin est un magazine trimestriel alternatif drôle et plein de vie qui accompagne les enfants au rythme des saisons, les emmène à la découverte de la nature et les invite à jouer, à imaginer, à rêver et à faire avec leurs mains.

Fanette et Filipin, c’est 52 pages merveilleusement illustrées de belles histoires, de jeux, d’activités et de découvertes des animaux et des plantes.

Fanette et Filipin, c’est du bonheur dans la boite aux lettres à chaque saison, c’est l’occasion de partager en famille beaucoup de joie et de créativité en lisant des histoires, en bricolant, en cuisinant, en dessinant, en chantant…

Magazine indépendant et sans publicité, Fanette et Filipin a été créé en 2013 et est édité par les Éditions Belle Émeraude. 


Mon avis :

Chaque année, en allant au Salon Primevère, je passe devant le stand présentant ce magazine et chaque année, je m'arrête devant les livres si joliment illustrés qui les accompagnent. Cette année, j'ai craqué et proposé à mes filles de choisir un livre. L'une d'elle a longuement hésité devant ce magazine dont elle aurait aimé prendre un numéro. Nous sommes finalement reparties avec un album mais nous avons longuement regardé le magazine et, une fois rentrée chez moi, je me précipitais pour y abonner mes enfants !

Ce magazine est tout simplement magnifique ! il se compose de quatre numéros par an, soit un par saison. On  y retrouve des histoires, des jeux, des bricolages, des recettes, de la poésie, des articles sur la nature... le tout en rapport avec la saison présente. Les idées d'activités manuelles sont vraiment très belles et la qualité des illustrations et des textes est formidable. 

Ce magazine est très beau, très poétique, en lien avec la nature et le rythme des saisons. Son côté magique mettant en scène des fées, des lutins et des forêts enchantées ne peut que faire rêver. 

S'il s'inspire de la pédagogie Steiner, nul besoin d'y adhérer pour se retrouver dans ce magazine. Pour ma part, c'est une pédagogie que je connais assez peu mais c'est le côté du lien avec les saisons et la nature, la beauté des activités manuelles à réaliser et l'appel à l'imaginaire qui m'a attiré vers ce magazine... sans compter les magnifiques graphismes !

Un très beau magazine donc, qui nous a beaucoup plu à mes filles et moi !

mercredi 20 mars 2019

Mercredi, c'est le jour des petits : Joyeuses Pâques et bon Noël ! - Hubert ben Kemoun

Par Ariane


Auteur : Hubert ben Kemmoun
Titre : Joyeuses Pâques et bon Noël
Editeur : Thierry Magnier
Nombre de pages : 48p

Présentation de l'éditeur :
Cinq ans qu’elle n’a pas vu Barnabé, son petit-fils, alors pour rattraper le temps perdu, faire le plein de souvenirs et fêter ces retrouvailles, elle organise pêle-mêle Pâques, Noël et la chandeleur en plein mois de juillet. Eberlué par cette tornade, Barnabé se laisse conquérir par sa grand-mère fantasque.

Mon avis :
Barnabé, 11 ans, débarque pour quelques jours de vacances chez sa grand-mère. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas vraiment heureux de se retrouver dans un village paumé, loin de ses copains et de son portable, en compagnie d'une vieille dame qu'il connaît à peine. Mais tout à son bonheur de retrouver le petit-fils qui lui a tant manqué, la grand-mère ravie, l'entraîne rapidement dans un tourbillon de gâteaux, de cadeaux et de surprises.
Qu'il m'a agacée le Barnabé ! Pré-ado boudeur et morose, il n'a pas l'intention de laisser la moindre chance à sa grand-mère. Et au contraire, comment ne pas aimer cette mamie affectueuse et originale, qui a bien envie de profiter des quelques jours qui lui sont octroyés ! Comment ne pas être touché par sa solitude, elle qui n'a que 4 jours pour rattraper 5 années ? Car sous le ton joyeux et la fantaisie, il y a la tristesse d'une mère à qui sa fille ne rend pas visite, bien qu'à peine à quelques heures de train, la solitude d'une mamie qui n'a pas vu grandir son petit-fils, la mélancolie d'une femme qui n'a que ses souvenirs.
Un joli petit roman, bien plus subtil qu'il n'y paraît, qui nous rappelle de profiter des gens que l'on aime et de ne pas passer à côté des petits et grands moments en leur compagnie.

L'avis de Sophia :
C'est l'histoire d'un petit garçon qui va chez sa mamie qui habite très loin à la campagne. Et comme sa mamie et lui ne passent pas beaucoup de temps ensemble pour Noël, les anniversaires et Pâques, la mamie décide de faire toutes les fêtes pendant les vacances même si c'est pas le moment.
J'ai bien aimé parce que j'aimerais un peu être à la place du garçon parce qu'il fête Noël, Pâques et son anniversaire avec sa mamie, et du coup il va les fêter deux fois dans l'année ! La mamie est gentille et un peu toc-toc. Mais c'est un peu triste qu'ils ne passent pas beaucoup de temps ensemble et du coup la mamie est toute seule.

lundi 18 mars 2019

Forêt obscure - Nicole Krauss

Par Daphné















Auteur : Nicole Krauss
Titre : La grande maison
Genre : roman
Langue d’origine : anglais (Etats Unis)
Traducteur : Paule Guivarch
Editeur  : Editions de l'Olivier
Nombre de pages : 288
Date d'édition : 2018

Résumé de l'éditeur :

Jules Epstein a disparu. Après avoir liquidé tous ses biens, ce millionnaire new-yorkais est retrouvé à Tel-Aviv, avant qu’on perde à nouveau sa trace dans le désert. L’homme étrange qu’il a rencontré, et qui l’a convié à une réunion des descendants du roi David, y serait-il pour quelque chose ?

À l’histoire d’Epstein répond celle de Nicole, une écrivaine américaine qui doit affronter le naufrage de son mariage. Elle entreprend un voyage à Tel-Aviv, avec un projet très précis : séjourner dans le Hilton où elle passait, enfant, la plupart de ses vacances. Elle a le pressentiment qu’elle y trouvera une forme de vérité qui pourrait bouleverser sa vie. Et remettre en cause, au passage, son sentiment même de la réalité.

Jusqu’au jour où un étrange professeur de littérature lui confie une mission d’un ordre un peu spécial…


Mon avis :

J'avais beaucoup aimé L'histoire de l'amour et La grande maison  de Nicole Krauss. C'est donc avec une certaine impatience et un grand enthousiasme que j'ai ouvert ce livre... 

... sauf que mon enthousiasme est vite retombé. De mon point de vue, le titre est bien choisi car pour moi, l'histoire est restée aussi obscure que la forêt. Je ne suis pas sûre d'avoir véritablement compris le sens de l'histoire qui, il faut bien l'avouer,m'a profondément ennuyée. J'ai pourtant essayé de m'accrocher, me disant qu'avec un peu de persévérance, je finirais bien par trouver de l’intérêt à ce livre... rien à faire.

 Certes, c'est bien écrit mais il m'a été impossible de véritablement "entrer" dans ce livre. D'ailleurs, j'en suis toujours à me demander de quoi il parle réellement. Moi qui en attendait beaucoup, je reste vraiment sur ma faim. Peut-être devrais je le relire plus tard car il me reste une désagréable impression de rendez-vous manqué... 

Extrait :

"Penser en mer, ce n’était pas la même chose que penser sur terre. Ce qu’il voulait, c’était dépasser les vagues déferlantes afin de pouvoir réfléchir comme on ne peut le faire que bercé par la mer. On est toujours sous l’emprise du monde, sans toutefois l’éprouver physiquement, sans s’en expliquer l’effet. On ne tire aucun réconfort de l’emprise du monde, qui donne l’impression d’un vide indifférent. Mais la mer, elle, on la sent. On y est parfaitement entouré, si fermement soutenu, si doucement bercé - structuré de façon si différente - que les pensées se présentent sous une autre forme. Lâchées en toute liberté dans l’abstrait. "

vendredi 15 mars 2019

La passe-miroir, Les disparus du Clairdelune - Christelle Dabos

Par Daphné















Auteur : christelle Dabos
Titre : La passe miroir, Les fiancés de l'hiver
Genre : roman
Langue d’origine : français
Editeur : Gallimard jeunesse


Résumé de l'éditeur :

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Sont-elles liées aux secrets qui entourent l’esprit de famille Farouk et son Livre ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

Mon avis :

Ce deuxième tome de La passe-miroir est loin d'être décevant. On y retrouve Ophélie confrontée à l'arrivée de sa famille sur le Pôle, la panique d’être soudainement promue vice-conteuse, sa rancœur contre Thorn et les révélations qui lui ont été faites sur la raison de leur mariage et d'étranges disparitions au Clairdelune. Tout un programme donc!

La relation entre Ophélie et les autres personnage évolue. Je pense notamment à la relation qu'elle a avec Thorn, très intéressante à observer, mais aussi avec Bérénilde. Relation avec elle-même également et son rapport au monde : mais pourquoi ne parvient-elle donc plus à passer les miroirs ?

J'avoue être assez bluffée par l'imagination que déploie l'auteure. Il faut tout de même une bonne dose de talent et d'imagination pour créer un monde tel que celui-là, un monde inventé de toutes pièces, truffé de détails, un monde unique et très travaillé. Je n'ai maintenant qu'une envie : lire le troisième tome !

Extrait :

"- Je ne crois ni en la chance ni au destin, déclara-t-il. Je ne me fie qu’à la science des probabilités. J’ai étudié les statistiques mathématiques, les analyses combinatoires, la fonction de masse, les variables aléatoires et elles ne m’ont jamais réservé de surprises. Vous ne semblez pas bien mesurer l’effet déstabilisant que peut produire quelqu’un comme vous sur quelqu’un comme moi.
- Je ne vous suis pas du tout, balbutia Ophélie en toute sincérité.
Thorn fit rouler les dés dans la paume de sa main, puis les rangea dans sa poche.
- Je ne peux pas tourner le dos un instant sans que vous vous retrouviez là où vous n’auriez jamais dû être. Je pense que vous avez… comment dire… une prédisposition surnaturelle aux catastrophes."



mercredi 13 mars 2019

Mercredi, c'est le jour des petits - Des abeilles dans mon jardin - Jean-Pierre Martin et Isabelle Nicole

Par Daphné
















Auteur : Jean-Pierre Martin
Illustratrice : Isabelle Nicole
Titre : Des abeilles dans mon jardin
Editeur : Rustika

Résumé :

Ce livre te propose d’accompagner les enfants Léa et Pierre qui ont la chance d’installer une ruche dans leur jardin. Découvre avec eux le mode fascinant des abeilles, regarde ces drôles d’insectes butiner, prélever nectar et pollen sur les fleurs. Laisse-toi guider par Jeanne, l’apicultrice, et observe la vie de la ruche, c’est vraiment passionnant ! 

Mon avis :

Ma fille de sept ans a récemment décrété vouloir "tout savoir sur les abeilles". Nous avons donc foncé tout droit à la médiathèque et en sommes revenues avec plusieurs livres... dont celui-ci ! Il a été de loin le préféré de ma fille. 

Raconté à la manière d'une histoire, voici un livre qui en apprend beaucoup à l'enfant sur les abeilles et les ruches. Il met en scène deux enfants qui accueillent des abeilles dans leur jardin. En même temps qu'eux, le petit lecteur s'informe sur les essaims d'abeilles, leur vie, l'installation d'une ruche, les piqûres, la récolte du pollen et du miel... quelques petits bricolages sont au programme tels que la fabrication d'un hôtel à insectes ou de petites bougies en cire d'abeilles. Sans oublier la recette de cuisine !

Les explications sont claires, pas du tout rébarbatives pour un enfant. Ma fille a eu du mal à le rendre à la bibliothèque et je crois qu'elle le réempruntera souvent !




mardi 12 mars 2019

La grande course de Flanagan - Tom McNab

Par Ariane


Auteur : Tom McNab
Titre : La grande course de Flanagan
Genre : roman
Langue d’origine : anglais
Traductrice : Jacques Polanis
Editeur : J’ai lu
Nombre de pages : 640p
Date de parution : juin 2013

Présentation de l’éditeur :
La plus grande course à pied jamais organisée à travers les Etats-Unis : c'est l'incroyable défi que lance Charles C. Flanagan, alors que le pays s'enfonce dans la crise de 1929. Sur la ligne de départ, à Los Angeles, ils seront plus de deux mille, venus de soixante pays. 5 063 km plus tard, quelques centaines seulement atteindront New York. Au fil des étapes, ils apprendront à se connaître, trouveront pour certains l'amitié, l'amour...
Ensemble, ils iront au bout d'eux-mêmes.

Mon avis :
Il y a quelques semaines, à ma librairie habituelle, ma libraire et moi discutons de nos plus belles lectures. Et l’un de mes plus grands coups de cœur, figure dans son trio de tête. En compagnie, me dit-elle, de La course de Flanagan, qu’elle me met entre les mains. Comment résister ? Impossible !
Charles C. Flanagan a une idée folle : organiser une course de Los Angeles à New York, plus de 5000 kilomètres à parcourir en quelques semaines, à raison d’au moins 60 kilomètres par jour. Au bout du chemin 350.000 dollars à partager entre les gagnants. Un défi complètement dingue que plus de 2000 coureurs, dont une centaine de femmes, sont prêts à relever.
J’ai suivi avec beaucoup de plaisir les aventures des coureurs de la Trans-America. Doc Cole le vétéran, Hugh MacPhail le chômeur de Glasgow, Morgan l’ancien boxeur,  Thurleigh l’aristocrate anglais, Martinez venu d’un petit village mexicain, Kate l’ancienne danseuse,… Venus de tous les horizons, originaires de tous les milieux, tous sont attachants.
J’ai aussi beaucoup aimé l’histoire de la course elle-même, des nombreux aléas que Flanagan et les coureurs doivent affronter et des solutions improbables pour les surmonter. Il faut dire que les obstacles sont nombreux : des pressions politiques, des factures qui s’accumulent, des partenaires qui se retirent…. La situation est compliquée pour Flanagan. Mais « d’un bond, il se libéra » !
Je ne pensais pas aimer autant ce livre, mais une fois commencé, impossible de le lâcher ! Les pages défilent à toute vitesse, les chapitres s’enchaînent sans qu’on s’en aperçoive. Tom MacNab mène son récit d’une main de maître, le rythme est soutenu et les personnages bien campés. Je n’en ferai toutefois pas un coup de cœur, mais je vous le conseille. Un roman parfait pour décompresser.

Extrait :
« Je suppose que d'une certaine façon, cette course représente le grand rêve américain. Il est certain que beaucoup d'entre vous, hommes et femmes, ont connu des moments difficiles. Mais à présent, d'un coup de dés, vous pouvez tout changer grâce à la Trans-America. »

lundi 11 mars 2019

Sauveur & fils, saison 4 - Marie-Aude Murail

Par Daphné













Auteur : Marie-Aude Murail
Titre : Sauveur & fils, saison 4
Genre : roman jeunesse
Langue d’origine : français

Editeur : L'école des loisirs


Résumé de l'éditeur :

Comment résoudre tous nos problèmes ?
On peut, comme Jean-Jacques, s'enfermer dans sa chambre et ne plus penser à rien en dégommant des terroristes sur son ordinateur. On peut, comme Gabin, s'enfoncer des écouteurs dans les oreilles et passer ses nuits en compagnie des zombis de The Walking Dead. On peut aussi, comme Frédérique, demander à une voyante de lire l'avenir, ou bien, comme Jérôme, s'enfuir en abandonnant femme et enfants.
Mais on peut également consulter monsieur Sauveur Saint-Yves, psychologue clinicien, comme Solo, comme Margaux, comme Samuel, comme Ella, et regarder la vie en face.
Le bonheur sera peut-être au rendez-vous.

Mon avis :

Et voilà, saga Sauveur & fils terminée ! si je les ai tous avalé coup sur coup avec  une grande gourmandise, je le regrette presque à présent : eh oui, je n'en ai plus à lire !

Avec ce quatrième tome, nous voilà de nouveau plongé dans le monde de Sauveur : sa vie au 12 rue des Murlins dans une maison qui se remplit de plus en plus à la grande joie des uns et au désespoir des autres, et les tranches de vie de ses patients qui défilent dans son cabinet, représentant chacun une facette du mal-être de la société. Mal-être mais aussi petits bonheurs, victoires pour certains, petites victoires sur les difficultés de la vie... il s'en passe des choses au 12 rue des Murlins. On prend les mêmes (plus quelques "petits nouveaux" en plus!) et on recommence, on approfondit et... on se régale !

Rien n'est simple dans la vie mais... rien n'est irrésolvable non plus, n'est ce pas? Tel semble être le message que nous fait passer Sauveur et vraiment, ce genre de livre fait du bien ! Un livre bonbon en quelques sortes qui se savoure à chaque page!

Vous l'aurez compris, j'ai aimé ce quatrième tome tout autant que les autres! C'est fini ? Vraiment ? Je ne suis vraiment pas conter la sortie d'un cinquième tome !

Extrait :

"Ne t'observe pas sans cesse, ne te regarde pas de trop près. Le selfie, ça finit par faire loucher. Regarde au loin ! L’œil humain a besoin de de se reposer en regardant les étoiles ou la ligne d'horizon. Ne pense pas tout le temps à toi. Regarde au loin... "