vendredi 13 novembre 2015

Un anthropologue en déroute - Nigel Barley

Par Daphné
















Titre : Un anthropologue en déroute 
Auteur : Nigel Barley 
Editeur : Payot 
Langue d'origine: anglais 
Traducteur: Marc Duchamps 
Date de publication : 1994
Nombre de pages: 261


Résumé de l'éditeur:
Pourquoi diable Nigel Barley s'est-il mis un jour en tête de devenir anthropologue ? Pour sa thèse il avait choisi les Anglo-Saxons mais, tout plan de carrière impliquant une mission d'étude, c'est finalement une modeste tribu montagnarde du Nord-Cameroun, les Dowayo, qui lui échoit.

Une sinécure ? Si l'on veut. Non que les Dowayo se montrent hostiles, mais insaisissables plutôt, et imprévisibles. Barley se voit transformé tour à tour en infirmier, banquier, chauffeur de taxi, exploité jusqu'à l'os par une tribu hilare. Il finira par comprendre que l'objet d'observation, en fait, c'est lui.


Mon avis:
C'est Ariane qui m'a fait découvrir ce livre lors d'un swap et je l'en remercie!

Voici un livre dans lequel j'ai d’abord eu du mal à entrer...puis du mal à refermer! 

Anthropologue n'ayant jamais étudié que de loin d'autres populations, Nigel Barley décide un jour - quelle drôle d'idée, lui signale t-on!- de se rendre  en Afrique, dans le nord du Cameroun pour y étudier la tribu des Dowayo.
Déboires administratifs, interrogations sur les conséquences de sa venue, choc culturel...c 'est avec un humour très "British"  que l'auteur nous raconte cette immersion dans une culture si différente de la sienne et autre que celle à laquelle il s'attendait. 

L'autodérision se heurte ici au sérieux de la discipline anthropologique. Au final, on se retrouve d'ailleurs davantage avec une étude sur la position de l'anthropologue que sur le peuple des Dowayo! 

J'ai souvent souri et passé un très bon moment avec ce livre!

Extrait:


"De remarquables universitaires, dont les noms figurent dans toutes les revues spécialisées, distillent des cours d’un ennui mortel, à tel point que les élèves prennent la porte et disparaissent telle la rosée du soleil africain. Mais, ajoute-t-il, la profession regorge d’adeptes inconditionnels du travail sur le terrain …qui, en définitive n’ont rien à dire d’intéressant dans le cadre d’une discipline universitaire. "



4 commentaires:

  1. Un excellent souvenir de lecture (et je crois qu'il y en a un autre du même tonneau)

    RépondreSupprimer
  2. Je suis vraiment contente qu'il t'ait plu ! J'aime Nigel Barley autant que Bill Bryson, je ne m'en lasse pas ! Ses autres ouvrages sont tout aussi excellents.
    Ariane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je note bien qu'il en existe d'autres! Merci encore pour cette découverte de lecture!
      Daphné

      Supprimer