lundi 25 septembre 2017

Les âmes grises - Philippe Claudel

Par Daphné :

















Auteur : Philippe Claudel
Titre : Les âmes grises
Ge123
7enre : roman
Langue d’origine : français
Editeur : Stock
Nombre de pages : 288
Date de parution : 2003

Présentation de l’éditeur :

Une jeune enfant est retrouvée morte, assassinée sur les berges engourdies par le gel d’un petit cours d’eau. Nous sommes en hiver 1917. C’est la Grande Guerre. La boucherie méthodique. On ne la voit jamais mais elle est là, comme un monstre caché. Que l’on tue des fillettes, ou que des hommes meurent par milliers, il n’est rien de plus tragiquement humain.
Qui a tué Belle de Jour ? Le procureur, solitaire et glacé, le petit Breton déserteur, ou un maraudeur de passage ?
Des années plus tard, le policier qui a mené l’enquête, raconte toutes ces vies interrompues : Belle de jour, Lysia l’institutrice, le médecin des pauvres morts de faim, le calvaire du petit Breton... Il écrit avec maladresse, peur et respect. Lui aussi a son secret.
Les âmes grises sont les personnages de ce roman, tout à la fois grands et méprisables. Des personnages d’une intensité douloureuse dans une société qui bascule, avec ses connivences de classe, ses lâchetés et ses hontes. La frontière entre le Bien et le Mal est au cœur de ce livre d’une tension dramatique qui saisit le lecteur dès les premières pages et ne faiblit jamais. Jusqu’à la dernière ligne.

Mon avis :

Cela faisait longtemps que je voulais lire ce livre, en ayant beaucoup entendu parler. Ayant découvert il y a peu La petite fille de Monsieur Linh, j'avais aussi très envie de lire un autre livre de cet auteur. 

En 1917, alors que la guerre fait rage, une petite fille est assassinée. Mais par qui? Le narrateur, policier, écrivant une lettre à sa femme, Clémence, décédée peu de jours après le meurtre de la petite fille, longtemps, se posera la question...

Plus qu'une histoire, ce livre est avant tout une ambiance. Ambiance sombre et glacée de la mort, de la guerre et de l'hiver. Ambiance mystérieuse, teintée du désespoir de ceux qui ont perdu un être aimé.  

L'enquête au sujet de la mort de la petite fille est au centre du récit mais laisse une grande place à l'histoire des gens gravitant de près ou de loin autour de ce meurtre. On découvre ainsi différents personnages ayant tous leurs propres secrets. L'âme humaine, finement sondée par Philippe Claudel nous est dévoilée dans toute sa complexité et le titre du livre prend alors tout son sens. 

Un livre tout en ressentis qui nous livre une certaine réflexion sur l’être humain...

Extrait :

"On dit toujours que l’on craint ce que l’on ne connaît pas. Je crois plutôt que la peur naît quand on apprend un jour ce que la veille on ignorait encore."



2 commentaires:

  1. Je crois qu'il était trop noir pour moi mais j'ai beaucoup aimé La petite fille de M. Lihn moi aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il est très sombre. Je l'ai aimé mais j'ai tout de même préféré la petite fille de monsieur Linh

      Supprimer