vendredi 2 février 2018

Les enfants de Venise - Luca Di Fulvio

Par Daphné






















Auteur : Luca di Fulvio
Titre : Les enfants de Venise
Genre : roman
Langue d’origine : italien
Traducteur : Françoise Brun
Editeur : Slatkine & Cie
Nombre de pages : 798
Date de parution : 2017

Présentation de l’éditeur :


Après l’Amérique des années 20, c’est cette fois-ci la Venise de la Renaissance que l’auteur va choisir comme cadre et comme ancrage de son récit ; un récit à couper le souffle qui reprend certains motifs déjà présents dans le Gang des rêves. Des jeunes gens qui feront tout pour réaliser leurs rêves les plus fous; l’amour qui s’affranchit de tous les obstacles, même les plus insurmontables; la misère et la violence sociale en toile de fond, mais décrite toujours avec justesse et sans voyeurisme; la question, enfin, de l’identité et de l’être au monde. Pour porter l’intrigue aux multiples rebondissements, le narrateur se démultiplie, l’histoire est racontée par plusieurs personnages, dont les destins sont irrémédiablement liés : un jeune voyou, pickpocket à ses heures perdues, une jeune fille juive qui possède un talent singulier et sans limites, son père enfin, avec qui elle entretient une relation difficile mais pleine d’amour…

Mon avis :

Après Le gang des rêves, c'est avec plaisir que je me suis plongée dans Les enfants de Venise. Et je peux désormais dire que Luca Di Fulvio est un auteur qui me plait beaucoup!
Il nous entraîne ici dans le 16 ème siècle avec les aventures de Mercurio, jeune garçon vivant dans la rue. En le suivant dans son périple, on visite Venise, ses rues et ses canaux, ses coins malfamés et ses beaux palais, mais on se retrouve également plongé au cœur du 16 ème siècle, du ghetto juif, de l'inquisition et des maladies. On se retrouve propulsé dans la vie de ce jeune voleur au grand cœur, de l'amour qu'il porte à la jeune Giuditta et de tous les ennuis qui en découlent. Mercurio est un très beau personnage, de même d'ailleurs que tous les autres. Qu'ils aient des côtés sombres comme Benedetta ou Zolfro ou qu'ils soient lumineux comme Mercurio ou Guiditta, chaque personnage est magnifiquement bien travaillé et décrit et leur histoire a su me toucher.

Outre les personnages, j'ai également aimé le côté historique du roman. Je connais assez peu cette période de l'histoire et j'ai appris beaucoup de choses  sans pour autant me détacher du côté romanesque du livre. On en apprend ainsi beaucoup sur la vie de l'époque, qu'elle soit celles des enfants des rues, des faux médecins, des fanatiques, des prostituées oud es assassins. Le lecteur se retrouve plongé dans le premier ghetto juif, les ravages de la syphilis, les procès de "sorcière". 

Si l'époque et le lieu sont différents, on retrouve cependant dans ce livres de nombreux points communs avec Le gang des rêves, que ce soit dans le tempérament des personnages ou dans les situations vécues. J'ai apprécié ce parallèle entre deux histoires qui n'ont a priori rien à voir. 

Les enfants de Venise, c'est une histoire d'amour mais aussi de haine et de vengeance, d'honneur et de pouvoir, de trahison, de préjugés, de différence sociale ou religieuse... C'est une belle histoire, le genre d'histoire dont on ne ressort qu'à regret une fois le livre refermé.

Extrait :

"La vie est simple. Quand elle devient compliquée, ça veut dire qu'on se trompe quelque part. Ne l'oublie jamais. Si la vie devient compliquée, c'est parce que c'est nous qui la compliquons. Le bonheur et la souffrance, le désespoir et l'amour sont simples. Il n'y a rien de difficile."

4 commentaires:

  1. J'avais beaucoup aimé Le gang des rêves. Je note donc celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je l'ai préféré au gang des rêves, il m'a vraiment plu!
      Daphné

      Supprimer
  2. J'ai encore plus aimé que le premier ! Vivement le prochain livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi! J'attend aussi le prochain avec impatience!
      Daphné

      Supprimer