lundi 19 février 2018

Une bouche sans personne -Gilles Marchand

Par Daphné :
















Auteur : Gilles Marchand
Titre : Une bouche sans personne
Genre : roman
Langue d’origine : français
nombre de pages : 257
Éditeur : Aux forges de Vulcain
Date d'édition : 2016

Résumé de l'éditeur :

Un homme vient tous les soirs dans le même bar pour y retrouver ses amis. Personne ne sait rien de lui, si ce n'est qu'il cache une cicatrice derrière son écharpe. Lorsqu'un jour il décide de raconter son douloureux passé, la fantaisie prend le relais et nous emmène à la rencontre d'une galerie de personnages improbables : un éléphant dégonflé, une mouche qui danse, un voisin spéléologue, un trapéziste, un orchestre tzigane. Pourquoi ces détours et ce besoin d'imaginaire ? Que cachent cette écharpe et cette cicatrice ?
Un premier roman pudique, poétique, humain, amical, drôle et douloureux aussi, servi par une plume allègre et ciselée.


Mon avis :

Ayant commencé l'année par un beau coup de cœur avec Un funambule sur le sable, je n'ai pas hésité à découvrir un autre livre de son auteur. Le moins qu'on puisse dire est que je n'ai pas été déçue!

Voici l'histoire d'un comptable qui n'aime pas qu'on lui demande ce qu'il compte, qui cache sa bouche derrière une écharpe et qui chaque soir vient dans le même bar retrouver ses amis qui ne savent quasiment rien de lui. 

Je ne sais pas trop comment décrire ce livre, à la fois fantaisiste et douloureux, naviguant entre le rêve et la réalité. Égrenant ses souvenirs dans un bar, parsemant son récit de petites réflexions sur le monde et la société, le narrateur, après des années de silence sur lui-même conte son histoire à ses amis. il y a une grande beauté dans ce livre. Une beauté dans l'écriture à la fois poétique et drôle, délicate et émouvante. tristesse et humour se mêlent avec une grande réussite. Une beauté dans l'histoire et la manière de voir les choses du narrateur. Une beauté dans les personnages, dans la manière dont il se voit les uns les autres.

Ce livre nous parle de différence et de solitude, d'amitié, de regard sur la vie. Il nous parle du regard d'un enfant devenu adulte sur son grand-père, du pouvoir de l'imagination et des rêves. L'histoire du narrateur (on ne connaîtra jamais son nom mais après tout quelle importance?) est prise dans l'Histoire avec un grand H et il y a aussi un bel hommage rendu à ceux qui ont vécus cette partie de l'Histoire (je n'en dirai pas plus afin de ne pas dévoiler l'intrigue).

Ce livre emprunt de poésie où la réalité côtoie l'imaginaire voire l'absurde m'a plus à chaque paragraphe, à chaque ligne, à chaque phrase. On y trouve de véritables pépites et une certaine réflexion sur la vie, le quotidien, la société. 

Un très beau livre!

Extrait :

"Dans mon roman, murmure Thomas, il y a un grand oiseau aussi. Mais c'est un oiseau en noir et blanc. Les autres ne l'aiment pas parce qu'il n'a pas de couleur. Alors, il s'en va. A la recherche de couleurs pour peindre ses plumes. En vol, il rencontre d'autres animaux à qui il manque quelque chose.
- Quoi, par exemple? je lui demande
- Oh, il y en a plein. Un éléphant sans trompe, un tigre sans rayure, un morse sans dent. Il y a aussi un chameau qui n'a qu'une bosse et qui souffre d'être pris pour un dromadaire.
- C'est mal vu les dromadaires chez les chameaux?
- Je ne sais pas trop mais j'imagine qu'ils doivent trouver ça un peu mesquin de n'avoir qu'une bosse. Enfin, toujours est il que le chameau en question, c'est plus par rapport à son identité de chameau qu'il vit mal la situation. 
- Et ton oiseau, il les retrouve ses couleurs? demande Sam qui paraissait ne pas trop écouter
- En fait, il ne trouve pas les couleurs. Elles sont toutes prises. Alors il désespère un peu...et fait une sorte de dépression ornithologique. Oh, pas plus d'une dizaine de pages. Après ça deviendrait un peu pénible pour le lecteur."




3 commentaires:

  1. Pareil que toi, j'ai aimé les deux, alors que je ne m'attendais pas à si bien accrocher

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai accroché dés les premières lignes. J'aime vraiment l'écriture de l'auteur. Il nous reste à attendre le suivant!
      Daphné

      Supprimer
  2. J'avais aussi aimé Un funambule sur le sable. Tu me tentes.

    RépondreSupprimer