lundi 18 novembre 2019

Un étrange pays - Muriel Barbery

Par Daphné














Auteur : Muriel Barbery
 Titre : Un étrange pays
 Genre : roman
 Langue d’origine : français
 Editeur : Gallimard


Résumé de l'éditeur :

Qui est Petrus, cet affable rouquin surgi de nulle part dans la cave du castillo où Alejandro de Yepes et Jesús Rocamora, jeunes officiers de l’armée régulière espagnole, ont établi leur campement? Voici que dans la sixième année de la plus grande guerre jamais endurée par les humains, ils sont appelés à quitter leur poste et à traverser un pont invisible. Bientôt, ils découvrent le monde de Petrus, ses brumes, son étrangeté, sa grâce. Ils arpentent ses chemins de nature, s’émerveillent de son harmonie et connaissent l’ivresse de la rencontre avec des êtres insolites. Cependant, dans cet univers légendaire qui lutte contre le désenchantement, le conflit fait rage aussi et la dernière bataille approche. Personne ne sait encore lequel, du meurtre ou de la poésie, l’emportera en cet étrange pays où se joue le destin des
vivants.
Entre conte et roman, Un étrange pays célèbre un monde perdu confronté aux tourments perpétuels
des civilisations.


Mon avis :

Ce livre est la suite de La vie des elfes, un livre dont j'avais beaucoup aimé l'écriture. Il en a été de même avec celui-ci ! Encore une fois, j'ai passé plusieurs chapitres à me demander où l'auteure allait-elle nous conduire tant l'univers dans lequel on se retrouve est étrange et hors du commun. Comme pour le tome précédent, on se demande vraiment où on va et dans quel registre littéraire on se trouve exactement. 

Et l'écriture fait tout, mais alors vraiment tout ! Une écriture poétique, féerique, ode à la nature et à l'art, une écriture qui se déguste tout autant que le thé ou le vin dont s'abreuvent les personnages de l'histoire.

En lisant ces pages, on se retrouve dans un monde à part, un monde où l'imaginaire et la féerie se savourent, où les elfes se font tour à tour animaux ou humains, où s'alternent humour et poésie. 

C'est particulier, très particulier. Le monde des brumes porte bien son nom car on s'y perd souvent. Rien n'est vraiment clair, tout semble un peu voilé, flou et mystérieux, et c'est ce qui fait tout le charme du livre. 

Je ne pense pas que tout le monde aime ce genre de livres mais pour ma part, j'en ai été enchantée. J'ai aimé la manière dont Muriel Barbery a imaginé les elfes, la manière dont ils appréhendent le monde. On ne retrouve pas ici la magie propre à celle des elfes de la plupart des histoires. Cette histoire là n'a rien de fantastique mais  se situe plutôt comme une fable, une sorte de légende sans pour autant l'être vraiment. C'est un univers inexplicable et particulièrement original, un univers qui m'a réellement séduite. Tout est original dans ce livre, que ce soit son histoire, sa construction, ses personnages ou son écriture. Tout est beau et flou à la fois. C'est un livre qui s’apparente plus au rêve qu'autre chose, un livre aussi étrange que le pays dont il parle, un livre qui se savoure à chaque mot et qui a vraiment su m’entraîner ailleurs.

Extrait :

"- Qui n entend pas le chagrin du monde ne peut se connaître en son propre propre chagrin.
- En ce cas, je me demande quelle opinion vous avez des humains, dit Alejandro.
- La plupart d entre vous n entendent ni les pierres, ni les arbres, ni les animaux, nos frères, bien qu ils vivent en nous autres elfes comme nous vivons en eux, dit Solon. Vous voyez la nature comme le milieu que vous partagez avec les autres êtres, elle est pour les nôtres le principe qui les fait exister, eux et tout ce qui a été et sera."



"Peut-on imaginer une vie qui ne connaisse ni fables, ni romans, ni légendes ? Il faut y endurer sans répit le fardeau d être soi, il n y a pas de distance entre la conscience et le rêve, pas d échappatoire à la vérité nue, mais grande en retour est l extase de vivre dans l intime gloire des choses."

1 commentaire: