samedi 3 septembre 2016

Les maraudeurs - Tom Cooper

Par Ariane



Auteur : Tom Cooper

Titre : Les maraudeurs

Genre : roman

Langue d’origine : anglais (américain)

Traducteur : Pierre Demarty

Editeur : Albin Michel

Nombre de pages : 416p

Date de parution : mai 2016

Présentation de l’éditeur :

À Jeanette, en Louisiane, on survit tant bien que mal grâce à la pêche, de génération en génération, mais depuis le passage de l’ouragan Katrina rien n’est plus pareil. Et quand la marée noire vient polluer les côtes, les habitants sont de nouveau confrontés au pire. Parmi eux, Gus Lindquist, un pêcheur manchot accro aux antidouleurs, qui rêve depuis toujours de trouver le trésor caché de Jean Lafitte, le célèbre flibustier, et parcourt le bayou, armé de son détecteur de métaux. Ou encore Wes Trench, un adolescent en rupture avec son père, et les frères Toup, des jumeaux psychopathes qui font pousser de la marijuana en plein cœur des marécages. Leurs chemins croiseront ceux de Hanson et Cosgrove, deux losers prêts à tout pour devenir riches, et de Brady Grimes, mandaté par la compagnie pétrolière pour inciter les familles sinistrées à renoncer aux poursuites en échange d’un chèque. Mais tous n’en sortiront pas indemnes…

Alliant humour et noirceur avec une réelle virtuosité, Tom Cooper réussit à rendre presque palpables l’atmosphère du bayou et l’attachement que lui portent ceux qui y vivent, faisant des Maraudeurs un roman tout à la fois profond, inventif et jubilatoire.



Mon avis :

Quand Jérôme et Eva encensent tous deux un roman, je ne peux que l’ajouter à ma liste. Et lorsqu’il arrive à la bibliothèque, je ne peux que me précipiter dessus.

Bienvenue à Jeanette en Louisiane ! Dans ce coin perdu du bayou, tout ou presque dépend de la pêche à la crevette qui se porte fort mal depuis l’ouragan katrina et une marée noire ne fait qu’aggraver la situation déjà précaire. Ici, se croisent des personnages hauts en couleur : Lindquist, pêcheur manchot, accro aux cachets, alcoolique notoire abandonné par sa femme et obsédé depuis des années par le trésor du pêcheur Jean Lafitte ; Wes Trench, adolescent au destin de pêcheur de crevettes tout tracé en conflit avec son père à qui il reproche la mort de sa mère lors de l’ouragan Katrina ; les jumeaux Toup sociopathes cultivant du cannabis sur une île du bayou, n’hésitant pas à tuer pour protéger leur production ; Grimes, employé de BP originaire de la ville, mandaté par la compagnie pétrolière pour convaincre les habitants du bayou de renoncer aux poursuites moyennant un chèque au montant ridicule ; Hanson et Cosgrove, deux loosers condamnés à des travaux d’intérêt généraux et qui rêvent de devenir riches.

Dans ce roman choral, les chapitres très courts se succèdent, alternant les personnages qui finiront sans doute par se croiser. Les personnages imaginés par Tom Cooper sont réalistes et barrés, des paumés pitoyables et magnifiques. Ce sont les oubliés du rêve américain, des péquenots qui n’intéressent personne, au quotidien morose et sans espoir.

Comme la plupart des lecteurs, j’ai trouvé le personnage de Wes très touchant. Ce jeune homme encore plein d’espoirs malgré le quotidien morose qu’il connaît, des idées plein la tête, un garçon sensible encore bouleversé par la mort de sa mère.

Mais j’ai été encore plus touchée par Lindquist. Même pas encore cinquante ans, mais considéré comme un vieillard à moitié gâteux par tous ceux qui le connaissent, abandonné par sa femme qu’il espère pourtant reconquérir, négligé par sa fille qui met au clou sans états d’âme le cadeau qu’il lui offre, harcelé par les frères Toup qui le persécutent, méprisé par tous qui se moquent ouvertement de lui. Mais lui continue d’espérer, de raconter des blagues qui ne font rire que lui et de rêver à un trésor de pirate comme un gamin. Seul Wes témoigne affection et respect au pauvre homme.

Tom Cooper donne vie à ses personnages, mais il crée aussi pour son lecteur une vision du bayou réaliste au point que l’on croit  ressentir la chaleur humide et étouffante du bayou. Une immersion totale dans ce coin oublié des Etats-Unis, qui semble figé dans le temps. La plume de l’auteur est précise et efficace, les dialogues incisifs et mordants.

En bref, une réussite totale et un auteur à suivre avec attention



Extrait :

Rien que pour le plaisir, deux extraits. 

« La Barataria était un endroit si minuscule et si étouffant qu'il était facile d'oublier que le reste du monde existait et qu'il continuait de tourner. »


« Chez lui : l’odeur de la mousse de la tourbe espagnole aux premières pluies du printemps. Chez lui : la saveur amère des huîtres fraîches que l’on vient de tirer de l’eau. Les invasions de termites au début du mois de mai. La cacophonie des grenouilles des marais en été. Les grillons pendant la journée. Les crickets pendant la nuit. Les averses éclaires de fin juillet, cinq minutes de pluies diluviennes. Les pick-up chargés de canne à sucre qui traversaient la ville en bringuebalant, à l’automne. La joie du carnaval de Mardis Gras. La bénédiction de la flotte des bateaux de pêche. La guirlande des petites barques dans la baie. La minuscule constellation de leurs phares, brillant comme des lampions de Noël à l’horizon. L’étrange lueur verte, d’un éclat presque surnaturel, émanant des cyprès à l’heure du crépuscule au printemps. Le parfum terreux du ragoût d’écrevisses. Les pralines pécan, le boudin, le gombo. Les alligators et les hérons et les sébastes et les crevettes. Les voix cajuns, suaves et tortueuses. Les vieux visages aux rides étranges, sinueuses comme des empreintes digitales. »

D'autres avis : Jérôme, Keisha, Eva, Papillon, Hélène, Léa,

https://deslivresdeslivres.wordpress.com/2014/06/05/challenge-1-pave-par-mois/comment-page-1/
http://ennalit.canalblog.com/archives/2016/01/01/33098969.html


16 commentaires:

  1. J'avais déjà noté chez Keisha, il faut que je vérifie si l'auteur est au festival America.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis ravie qu'il t'ait plu!! et oui, l'auteur est au Festival America :)

    RépondreSupprimer
  3. Que dire? Excellent roman, avec la pointe d'espérance quand même...

    RépondreSupprimer
  4. Avec tous ces avis positifs, ça va être compliqué de passer à côté. Merci d'enfoncer le clou ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Quelle force dans ce roamn ! un vrai coup de coeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai oublié le lien vers ton article, je l'ajoute.
      Ariane

      Supprimer
  6. Une réussite totale, oui, pour ce premier roman incroyable !

    RépondreSupprimer