vendredi 31 mars 2017

Les corps inutiles - Delphine Bertholon

Par Daphné




















Auteur : Delphine Bertholon
Titre : Les corps inutiles
Genre : roman
Langue d’origine : français
Editeur : JC Lattès
Nombre de pages : 300
Date de parution : 2015

Présentation de l’éditeur :


Clémence vient d’avoir quinze ans, de terminer le collège. Un nouveau cycle s’ouvre à elle, lorsqu’elle est agressée, en plein jour et en pleine rue, par un inconnu armé d’un couteau. Ce traumatisme inaugural - même si elle n’en a pas encore conscience - va contaminer toute son existence. En effet, l’adolescente réalise qu’elle perd progressivement le sens du toucher...
À trente ans, Clémence, toujours insensible, est une célibataire endurcie, solitaire et sauvage. Après avoir été maquilleuse de cinéma, la jeune femme se retrouve employée de la « Clinique », une usine d’un genre particulier. En effet, la Clinique fabrique des poupées… mais des poupées grandeur nature, hyper-réalistes, destinées au plaisir – ou au salut – d’hommes esseulés.
Le roman déroule en alternance l’histoire de Clémence adolescente, hantée par cette agression dont elle n’a jamais osé parler à sa famille, et le récit de Clémence adulte, assumant tant bien que mal les conséquences, physiques et psychologiques, de son passé.
Mais la vie, comme toujours, est pleine de surprises.

Mon avis:

Delphine Bertholon est une auteur que j'apprécie beaucoup. Elle a, d'après moi, le don d'adapter particulièrement bien son écriture  à chacun de ses personnages et à chacune de ses histoires. 

Les corps inutiles, c'est l'histoire de Clémence, à 15 ans, qui voit sa vie se transformer après avoir été agressée. C'est l'histoire de Clémence, à 30 ans, ayant perdu toute sensibilité tactile et dont la vie semble dictée par ces quelques instants écoulés lors de son dernier jour de collège. C'est l'histoire d'un traumatisme mais également d'une résilience. 

Clémence ne dira rien à personne. La seule fois où elle tentera de parler, juste après son agression, elle se sentira incomprise et l'événement qui aura tant d'impact dans sa vie sera minimisé par son petit ami puisqu’après tout, "il ne s'est rien passé". Ce silence la poursuivra 15 ans durant, 15 ans durant lesquels elle maltraitera elle même son corps, ce corps qu'elle ne sent plus, corps si étranger et si présent pourtant. 

A travers le personnage de Clémence, Delphine Bertholon nous parle très bien du ressenti de la victime d'un viol (car toute tentative est un viol quoique puisse en penser le petit ami de Clémence), de la honte et de la culpabilité, des conséquences du traumatisme. En donnant tour à tour la parole à Clémence adolescente et à Clémence adulte, elle parvient très bien à nous montrer le cheminement de ce traumatisme.

Le rapport entre Clémence et ses parents m'a glacée et, en tant que mère, je n'ai pu m'empêcher de me poser des questions sur la confiance entre parents et enfants. S'il arrivait une telle chose à mes filles, m'en parleraient elles? Saurais je le détecter? On peut passer à côté de tant de choses importantes en tant que parents...


Sensibilité et insensibilité se croisent ici, ne finissent par faire qu'un. Roman sur le rapport au corps, sur sa fragilité mais aussi sur sa force. Roman sur l'agression et ses conséquences, roman sur la femme également. Roman qui nous happe, nous poussant presque à "ressentir l'insensibilité" de Clémence et les sentiments qui l'assaillent. Le personnage est particulièrement bien travaillé, l'écriture de son auteur lui donnant vie avec une grande réussite. Delphine Bertholon, une fois de plus, signe là un grand roman!



Extrait :

"C'est ce qui est bien, avec la vie. On enchaîne les chutes, mais on se relève chaque fois. Parce qu'on ne peut pas faire autrement."




3 commentaires:

  1. Je l'ai bien aimé mais je me suis demandée pourquoi l'auteur n'était pas allée jusqu'au bout de l'agression, je suis touchée par ce genre d'histoire, vraiment touchée mais voilà, je pense que le roman aurait plus d'impact si elle était allée jusqu'au bout de sa pensée. C'est totalement maladroit ce que je dis mais on ne parle pas assez du viol qui sévit dans nos société et écrire permet de transmettre des messages et d'ouvrir les yeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas du tout d'accord. Le traumatisme de Clémence n'est pas uniquement le résultat de l'agression mais aussi de la réaction de son copain "après tout tu n'as pas été violée". Sa douleur, sa peur, son traumatisme ont été reniés, minimisés.
      De plus, il y a tout de même beaucoup d’œuvres de fiction (romans, films,...) où le viol est abordé. Et bien souvent les agressions sexuelles sont minimisées, des remarques comme celles de l'ami de Clémence sont fréquentes. Le traumatisme d'une victime qui n'a pas été violée semble moins légitime. ET l'auteur a aussi voulu souligner la violence de toutes ces agressions, le traumatisme de toutes les victimes.

      Supprimer
    2. Je pense aussi que le fait que la violence dont Clémence ait été victime ait été minimisée a eu un grand impact sur le traumatisme et sans doute est ce le message que l'auteur a voulu faire passer. C'est vrai que le viol ent ant que tel est assez souvent abordé mais rarement les tentatives qui, alors, paraissent moins graves aux yeux de tant de monde alors qu'il s'agit d'une véritable agression. Je trouve que Delphine Bertholon a très bien su montrer cela.
      Daphné

      Supprimer