vendredi 26 mai 2017

N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures - Paola Pigani

Par Daphné













Auteur : Paola Pigani
Titre : N'entre pas dans mon âme aves tes chaussures
Genre : roman
Langue d’origine : français
Editeur : Liana Levi
Nombre de pages : 214
Date de parution : 2013

Résumé de l'éditeur :

Autour du feu, les hommes du clan ont le regard sombre en ce printemps 1940. Un décret interdit la libre circulation des nomades et les roulottes sont à l'arrêt. En temps de guerre, les Manouches sont considérés comme dangereux. D'ailleurs, la Kommandantur d'Angoulême va bientôt exiger que tous ceux de Charente soient rassemblés dans le camp des Alliers. Alba y entre avec les siens dans l'insouciance de l'enfance. À quatorze ans, elle est loin d'imaginer qu'elle passera là six longues années, rythmées par l'appel du matin, la soupe bleue à force d'être claire, le retour des hommes après leur journée de travail. C'est dans ce temps suspendu, loin des forêts et des chevaux, qu'elle deviendra femme au milieu de la folie des hommes. N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures, dit le proverbe: on n'entre pas impunément chez les Tsiganes, ni dans leur présent ni dans leur mémoire Mais c'est d'un pas léger que Paola Pigani y pénètre. Et d'une voix libre et juste, elle fait revivre leur parole, leur douleur et leur fierté.

Mon avis :

La souffrance du peuple Tzigane pendant la seconde guerre mondiale est un sujet dont on entend rarement parler. Est ce du au fait que la transmission de leur culture est essentiellement orale et ne garde guère de trace écrite? Ou au fait que les préjugés envers les Tziganes sont encore nombreux? Ou peut être également au fait que la France ait du mal à reconnaître sa responsabilité dans certains événements  : je pense par exemple à la rafle du Vel'd'hiv' passée si longtemps sous silence dont la responsabilité française n'a été reconnue qu'en 1995. Le peuple tzigane quand à lui a du attendre 2016 pour que la France reconnaisse sa part de responsabilité dans l'horreur des internements. Quand au nombre exact de victimes Tziganes durant cette période, on ne le connait pas exactement mais les historiens estiment que 25 à 50% d'entre elles auraient été exterminées durant la seconde guerre mondiale.

Ce livre est romancé mais fortement inspiré d'une histoire réelle. Il nous conte l'histoire d'Alba. Alba a 14 ans en 1940 et est internée avec sa famille dans le camps des Alliers qui retiendra prisonniers plus de 350 personnes de 1940 à 1946. Un enfermement vécu de manière d'autant plus terrible que la communauté manouche dont Alba fait partie est un peuple libre qui a l'habitude de vivre à l'extérieur. Alba et sa famille découvrent ainsi l'enfermement, les privations, le manque d'hygiène et de nourriture. 

Voilà un livre plein d'humanité qui nous parle pourtant de ce qu'il y a de plus inhumain. On y découvre la solidarité d'une famille, les modes de vies et traditions tziganes, leur relation intense à la nature. Tout cela leur est enlevé brutalement entraînant Alba et les siens dans une terrible humiliation et des conditions de vie déplorables. 


Malgré la dureté du sujet, il y a une grande poésie dans l'écriture de ce livre. L’auteur nous raconte l'horreur avec une plume à la fois poétique et pudique où l'espoir perdure malgré les pertes et les horreurs vécues. Elle nous offre là un grand travail de mémoire et un très bel hommage à un peuple dont nous apprenons beaucoup. un grand livre où l'importance du mot "liberté" prend tout sons sens.

Extrait :

"Comme elles leur manquent les trois marches à monter pour accéder à leur roulotte, l'écrin parfait pour le sommeil ou l'étreinte, alors que le reste de la vie pouvait s'épandre dehors. Comme il leur manque aussi le cercle du feu, les flammes qui leur montaient aux yeux, faisant de la nuit une alliée. Cette chaleur leur embaumait la peau, les cheveux. Ne brûlait que le présent entre leurs vies ardentes."


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire