mercredi 29 avril 2015

Le sel et le miel - Candi Miller

Par Daphné


Auteur :  Miller Candi
Titre : Le sel et le miel
Langue d’origine : anglais
Traducteur: Marie-Hélène Méjean-Bernaille
Éditeur: j'ai lu
Nombre de pages : 306
Date de parution : 2006

Résumé de l'éditeur:
1958. Dans une Afrique du Sud déchirée par l'apartheid, la jeune Koba, issue d'une tribu du Kalahari, perd ses parents, abattus par des chasseurs blancs. Recueillie par un couple d'Afrikaners, Koba se lie d'amitié puis d'amour avec Mannie, leur fils. Mais dans une société qui prône la ségrégation raciale, il peut se révéler dangereux d'unir les différences.

Mon avis: 
 Voilà un beau roman qui m'a beaucoup touché. En plein apartheid, on découvre deux populations, deux cultures que tout oppose et qui devront cohabiter et apprendre à se connaitre. Koba et Manni, deux enfants de onze ans, représentent ses deux mondes totalement opposés. Pourtant, un lien très fort se tissera entre eux.

Ce roman dénonce la ségrégation et le sort horrible réservé aux tribus du Kalahari. Cependant, à côté de ces horreurs, on découvre de belles choses telles que les traditions de ces tribus ainsi que de magnifiques paysages. et bien entendu, on découvre l'amitié si improbable, qui se tissera entre ces deux enfants malgré leurs différences et malgré que la famille de l'un soit responsable de la mort de celle de l'autre. 

La relation entre ces deux enfants est très belle et évolue au fil du temps en passant de la culpabilité à la  méfiance, de l'amitié à l' amour. La relation qui existe entre Koba et Marta , la mère de Mannie, est également très importante. C'est à Marta que reviendra le soin de prendre soin de la petite fille. En choisissant de maintenir Koba dans une vie la plus proche possible de celle à laquelle l'enfant a été habituée et en essayant de connaitre ses coutumes, Marta fait preuve d'un véritable respect envers le peuple et les origines de Koba. Même si parfois, ses tentatives de comprendre Koba se transforment en maladresse, il n'en reste pas moins que sa démarche est touchante et respectueuse.

Tel le sel et le miel que s'échangent Koba et Mannie et qui scellera leur amitié, ce livre a un côté doux amer et révèle le contraste  entre deux cultures, entre la ségrégation et la découverte de l'autre, entre les deux côtés d'une Afrique du Sud déchirée en deux.

Extrait:
"Qu'est ce que tu fais? demanda t il.
Pensant avoir compris, elle tenta un mot de Mata:
- Goûte, dit elle en montrant un dépôt blanc sur la pierre grise. 
- Qu'est ce que c'est?
elle en gratta un peu avec son ongle.
Ihn, fit elle en lui offrant du sel.
Il en mit un peu sur le bout de sa langue et cracha. Koba se mit à rire. Mannie se renfrogna.
- Ce n'est pas la peine de lécher les rochers, tu sais. Il y a une mine de sel pas très loin. Les Tsongas l'exploitent depuis la nuit des temps. 
il se tut. La fillette n'avait pas compris grand chose à ce qu'il avait dit. Il fit une nouvelle tentative.
-tu aimes? demanda t il en montrant le dépôt.
Koba hocha vigoureusement la tête. 
- Si je t'apportes du sel, tu me donneras du miel?"



Aucun commentaire:

Publier un commentaire