samedi 3 décembre 2022

Le poids des secrets - Aki Shimazaki

Par Ariane






Auteur : Aki Shimazaki

Titre : Le poids des secrets (pentalogie)

Genre : roman

Langue d’origine : français

Editeur : Babel

 

Mon avis :

Parfois on se met des idées en tête. Je n’aime pas la littérature japonaise. C’est ce que je me suis dit pendant des années, après plusieurs lectures qui ne m’avaient pas du tout plu. Mais lors d’une réunion de mon club de lecture, une lectrice m’a prêté cette pentalogie, certaine qu’elle me plairait et j’ai été enchantée par cette lecture.

Le 9 août 1945, une bombe atomique est larguée sur la ville de Nagasaki, tuant instantanément des milliers de personnes. Yukiko a survécu. Des années plus tard, elle écrit une lettre et révèle à sa fille le secret qu’elle a caché toute sa vie.

Difficile de faire un résumé, car dans ces cinq romans, la même histoire est racontée par différents personnages. Ou plutôt un bout de l’histoire. Les récits et les voix s’entremêlent, le fil se déroule non pas de manière linéaire, mais s’enroulant sur lui-même, promenant le lecteur à travers plusieurs décennies d’histoire familiale et japonaise. L’intrigue est brillamment construite et jamais redondante, chaque personnage vient apporter un éclairage nouveau à l’histoire.

Les livres sont très courts et se dévorent, mais ils méritent une seconde lecture. Cette fois pour savourer la délicatesse de l’écriture, épurée et subtile. Je ne dirai plus désormais que je n’aime pas la littérature japonaise… Merci Katell !

 

Extraits :

« C'étaient les camélias qui fleurissent en hiver. Dans la campagne près de Tokyo, quand il neigeait, je trouvais les fleurs dans le bois de bambous. Le blanc de la neige, le vert des feuilles de bambous et le rouge des camélias. C'était une beauté sereine et solitaire. » (Tsubaki)

« Je marche quelques pas derrière ma mère pour aller à l'église. Je vois sa jupe évasée s'agitant au rythme de sa marche et de ses longs cheveux noirs. Les couleurs des fleurs d'hortensia. Le bruit de la pluie, qui tombe sur le parapluie de papier huilé. Les escargots. La barbe noire de l'homme étranger. La silhouette de la petite fille s'éloignant avec son père. Et le bruit du coquillage.
Ces images sont gravées si profondément dans ma mémoire que jamais elles n'ont pâli avec le temps. »
(Hamaguri)

« Je lève les yeux.
Couvert de nuages épais, le ciel s'étend à l'infini. Il fait anormalement chaud et humide pour une fin d'été. C'est encore le matin. Pourtant, je sens ma chemise déjà trempée de sueur.
Au-dessus de moi, un couple d'hirondelles passe rapidement. Elles vont et viennent entre le toit d'une maison et un fil électrique. Elles partiront bientôt vers un pays chaud. J'aimerais bien voyager librement comme elles.
Ma mère m'a dit une fois : " Si on pouvait renaître, j'aimerais renaître en oiseau. " »
(Tsubame)

« Il pleut tous les jours. C'est la saison des pluies. Je vais au laboratoire à pied. En marchant, je vois partout des hortensias en fleurs. Je m'arrête et les regarde émerveillé par la beauté de toutes ces couleurs vives. Lorsque je trouve un escargot entre des feuilles, je me souviens de mon enfance passée avec Sono. Je lui rendais visite après l'école. Dans son petit jardin, je cherchais des escargots et les mettais dans une bouteille avec des feuilles mouillées. Je me plaisais à observer ces petites bêtes. Je me demande "où est Sono maintenant ?". » (Wasurenagusa)

« J’entendais le doux bruit de l’eau. Je voyais une luciole émettre de la lumière dans une touffe d’herbe. Je me suis assise sur une pierre. En fixant mon regard sur la surface de l’eau, je pensais distraitement : «  Si l’eau était assez profonde, je pourrais me jeter dedans… » (Hotaru)

vendredi 2 décembre 2022

Bilan de novembre (Daphné)

 Par Daphné

J'ai commencé le mois en retrouvant Gilles Marchand, auteur incontournable pour moi, avec Le soldat désaccordé. Ayant lu La cité des larmes, il y a quelques mois, j'ai enfin pris le temps de lire le tome qui précédait ce livre,  La cité de feu :un pavé qui m'a occupé une bonne partie du mois! Sous les -bons!- conseils de la bibliothécaire de mon quartier, j'ai ensuite lu Naissance d'un pont, Canoës et La ligne de nage. Enfin, j'ai découvert La mer était si calme. Encore de biens bons moments de lecture ce mois ci!



 







mercredi 30 novembre 2022

Mercredi, c'est le jour des petits - Rouge-gorge - Pierre Delye et Martine Bourre

 Par Daphné



 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Pierre Delye
Illustratrice : Martine Bourre
Titre : Rouge-gorge
Editeur : Didier Jeunesse

Présentation de l'éditeur :

 
Au tout début du monde, un petit oiseau prend en pitié les humains qui tentent de survivre tant bien que mal. Il va demander de l’aide au Soleil qui, en cadeau, place un de ses rayons dans le bec de l’oiseau. La gorge brûlée par le rayon ardent, celui-ci se dépêche de le déposer aux pieds des humains et donne ainsi naissance au premier feu du monde ! Un conte éclairant et tendre.

 

Mon avis : 

Mon fils adorant les histoires autant que ses sœurs, nous avons ressorti nos albums préférés dont, bien entendu, ceux de Pierre Delye. De nouveau, je relis en boucle La grosse faim de P’tit Bonhomme et La Petite Poule Rousse... et je les aime toujours autant ces albums! 

Et voilà que l'autre jour, à la bibliothèque, nous sommes tombés sur ce livre-là : un album de Pierre Delye que nous ne connaissions pas, autant vous dire que je me suis jetée dessus! 

Ce livre m'a paru un peu différent des autres, tant par les illustrations (de Martine Bourre et non de Cécile Hudrisier comme dans les autres albums) que par le texte. Si l'humour est toujours là, c'est cependant un peu plus doux, un peu plus poétique. Et c'est tout aussi bien! On retrouve bien le style de l'auteur. Les illustrations, faites de collages de divers matériaux, sont très réussies et l'histoire est très belle... sans compter qu'elle est porteuse d'un message criant de vérité!

 Nul doute que cet album est encore une franche réussite!

 


 




 


mardi 29 novembre 2022

Bilan de novembre (Ariane)

Par Ariane


On ne l'a pas vu passer ce mois de novembre... Il faut dire qu'il s'est caché, nous faisant oublier sa présence avec un soleil radieux et un air si doux qu'on aurait cru au printemps. Mais il a enfin fini par arriver, vent frais et tourbillons de feuilles. Il était temps ! Temps maintenant de jeter un regard en arrière sur mes lectures du mois. 

Je continue d'explorer la rentrée littéraire avec ce mois-ci de très belles lectures. A commencer par Darwyne de Colin Niel et Attaquer la terre et le soleil de Mathieu Belezi. Le premier m'a emmenée en Guyane, le second en Algérie aux débuts de la colonisation. Deux romans coup de cœur. J'ai passé un excellent moment avec L'odyssée de Sven de Nathaniel Ian Miller, transportée cette fois en Arctique. Après cela on se réchauffe lors d'un été caniculaire en Ohio, dans le dernier roman de Tiffany MacDaniel, L'été où tout a fondu. Petit tour en Sardaigne ensuite avec L'illusion du mal de Piergiogio Pulixi. Et enfin, L'aube est bleue sur mars de Florence Hinckel nous réserve un grand voyage sur une autre planète.






J'ai lu beaucoup de romans de la rentrée littéraire depuis septembre, j'avais envie de changement, je me suis donc tournée vers des classiques. La légende de Sleepy Hollow de Washington Irving a été une découverte surprenante, tant j'avais en tête le film de Tim Burton, qui n'a pas grand chose à voir avec l'original ! Dans Les mains du miracle de Joseph Kessel, j'ai découvert le parcours étonnant d'un homme qui a sauvé des milliers de vie.

Il y a aussi eu plusieurs BD. Kent State de Derf Backderf revient sur un épisode tragique des manifestations étudiantes des années 60. Le tome 3 de L'adoption de Zidrou m'a vraiment mise en colère. Heureusement que ce n'est qu'une fiction... J'aime beaucoup Jack London et j'ai vraiment apprécié l'adaptation par Riff Reb's du roman Le vagabond des étoiles. Enfin la trilogie Wake up America revient sur le parcours de John Lewis et sa lutte pour les droits civiques des afro-américains (de 1940 à 1965).






Un mois de novembre bien rempli ! Et vous qu'avez-vous lu ?