samedi 20 janvier 2018

La salle de bal - Anna Hope

Par Ariane



Auteur : Anna Hope

Titre : La salle de bal

Genre : roman

Langue d’origine : anglais

Traducteur : Elodie Leplat

Editeur : Gallimard

Nombre de pages : 400p

Date de parution : août 2017


Présentation de l’éditeur :

Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l'institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont néanmoins réunis chaque vendredi dans une somptueuse salle de bal. Ella y retrouvera John, un «mélancolique irlandais». Tous deux danseront, toujours plus fébriles et plus épris.
À la tête de l’orchestre, le docteur Fuller observe ses patients valser. Séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, Fuller a de grands projets pour guérir les malades. Projets qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John.



Mon avis :

Comme tout le monde j’ai découvert Anna Hope avec son premier roman, Le chagrin des vivants, qui explorait les traumatismes de la Grande Guerre à travers les portraits de trois femmes. Ayant eu un coup de cœur pour ce roman, j'attendais avec curiosité le nouveau roman de l'auteur.

Cette fois-ci, elle s’intéresse au traitement de la maladie mentale au début du 20ème siècle et notamment au débat eugéniste. A nouveau elle organise son intrigue autour de trois personnages principaux, dont les récits se succèdent et se complètent parfois. Cette construction donne un certain rythme au récit et permet surtout de s’attacher à plusieurs personnages. Quoique j’ai eu du mal à m’attacher à Ella. Si les premiers chapitres consacrés à son arrivée à l’asile et à sa crise de folie à la filature sont vraiment intéressants, j’ai finalement trouvé ce personnage assez fade. Entre John et Ella naît une jolie histoire d’amour, un amour tendre et pudique tout autant que passionné et fou. Et c’est dans la fameuse salle de bal que naît cet amour, au rythme des danses hebdomadaires. Ensuite il y aura les mots, cachés et secrets, des mots qui ouvrent une fenêtre sur la liberté.

Le personnage le plus intéressant du trio est sans conteste, à mes yeux tout au moins, le docteur Fuller. Si au  départ, j’ai été assez touchée par ce jeune médecin enthousiaste, passionné de musique, persuadé que celle-ci ainsi que la danse peuvent guérir les aliénés, ce personnage devient de plus en plus terrifiant au fur et à mesure que ses propres zones d’ombre se révèlent.

Mais le véritable intérêt réside dans le thème principal du roman : le traitement des aliénés. Ou plutôt de ceux qui sont considérés comme tels. Car les raisons ayant conduit à l’internement de certains de ces soi-disant aliénés sont surprenantes. A Sharston, les patients semblent relativement bien traités (en tout cas la plupart du temps), en comparaison de ce qui se passait à l’époque dans de nombreux asiles. Ils sont bien nourris, ont des distractions, des visites, du travail. Mais il n’y a pas de traitement, ni de suivi. J’ai été particulièrement surprise d’apprendre la part prise par Winston Churchill dans le débat concernant l’amélioration de la race par la stérilisation.

Les critiques sur ce roman étant très enthousiastes mes attentes étaient assez élevées, et j'ai effectivement passé un bon moment avec ce roman même si je ne suis pas totalement conquise.



Extrait :

« Lors de leur rencontre suivante, ils continuèrent à se mouvoir en silence, sans presque se regarder, mais c'était un homme différent avec lequel elle dansait, désormais. Quelqu’un dont l'intérieur, elle le savait, se déployait sur des kilomètres, même si son extérieur était aussi fermé et barricadé qu'avant. »

20 commentaires:

  1. je note tes petites contrariétés, je n'ai toujours pas lu cet auteur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur qui mérite d'être lu, même si ce roman m'a un peu moins plu que le précédent.

      Supprimer
  2. Comme Violette je n'ai pas encore lu cet auteur. Là, le sujet est un peu triste et prenant.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai adoré mais tu le sais déjà. ;-)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai beaucoup aimé, pour moi c'était une première lecture de l'auteure. Ella est le reflet je pense de pas mal de femmes de son époque, habituées à être écrasées de tous les côtés, ça ne permettait pas de déployer beaucoup de personnalité. Mais elle se bat bien quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, et au départ j'ai beaucoup aimé ce personnage. Son geste à la filature et sa fuite éperdue étaient des passages magnifiques. J'ai d'autre plus regretté que ce personnage soit si effacé ensuite, même si comme tu le dis, ce n'est que le reflet d'une époque, d'une éducation.

      Supprimer
  5. J'ai aimé Le chagrin des vivants, sans coup de coeur (pas de billet), et je note tes restrictions pour celui-ci... je le lirai sans doute, mais sans trop en attendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai lu presque que des avis très enthousiastes sur ce deuxième roman.

      Supprimer
  6. Je partage l'avis d'Aifelle. Peut-être as-tu moins aimé Ella et la trouves-tu fade parce que sa condition sociale fait d'elle une analphabète, peu habituée à manier les idées à exercer un esprit critique ? A la différence de Clem instruite, cultivée qui a les moyens intellectuels de se révolter. Mais le geste d'Ella quand elle casse les vitres est aussi une manière de dire non. Toutes deux sont victimes de la société.

    Oui, je pense que les malades sont mieux (ou plutôt moins mal) traités que dans d'autres asiles mais il y a une exploitation de leur travail honteuse, en particulier dans la lingerie, et l'interdiction de sortir pour les femmes fait de l'asile une terrible prison.
    Quant à l'opinion de Winston Churchill sur l'eugénisme , c'est une surprise mais pas tellement. J'ai lu quel a été son rôle et sa responsabilité dans le torpillage du Lusitania, pendant la guerre et le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'était pas un enfant de choeur. En fait, un personnage très antipathique.(Erik Larson : Lusitania 2015 La dernière traversée)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le parallèle entre Ella et Clem est intéressant, et j'aimais bien leur duo, cette amitié improbable.

      En ce qui concerne la prise en charge des malades, c'est un vaste sujet, notamment en ce qui concerne leur travail. Mais effectivement, l'asile est une prison pour les patients, notamment les femmes, et absolument pas un lieu de soins.

      Supprimer
  7. Aucune réserve de mon côté : pour moi Anna Hope est une grande romancière, ce deuxième roman est à mon avis encore meilleur que le premier dans sa façon de tisser étroitement l'intime dans un contexte historique bien approfondi. Elle parvient à dessiner une intrigue captivante avec un sujet difficile et des personnages qui a priori n'ont pas grand chose d'attirant... Bref, j'attends le suivant avec grand intérêt :-)

    RépondreSupprimer
  8. Ah et pour tous ceux qui s'intéressent à la face moins reluisante de Churchill, je conseille le roman de Caroline Grimm (désormais disponible en poche) Churchill m'a menti qui traite de la façon dont il a sacrifié la population des îles anglo-normandes pendant la guerre. Joli roman, très poignant et instructif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais déjà noté ce roman sur ma liste, mais après cette lecture je pense le lire assez rapidement.

      Supprimer
  9. On verra ce que la bibli proposera. j'ai bien envie de découvrir l'auteur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des chances qu'il arrive à la bibliothèque.

      Supprimer
  10. Une auteure qu'il faut que je découvre avec son premier roman, alors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi oui, mais d'autres ont préféré celui-ci, alors... à toi de voir, quelle histoire te tente le plus !

      Supprimer