samedi 8 décembre 2018

La nuit des temps - René Barjavel

Par Ariane




Auteur : René Barjavel
Titre : La nuit des temps
Genre : roman
Langue d’origine : français
Editeur : Pocket
Nombre de pages : 410p
Date de parution : août 2012 (1968)

Présentation de l’éditeur :
L’Antarctique. À la tête d’une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité. Dans le grand désert blanc, il n’y a rien, juste le froid, le vent, le silence.
Jusqu’à ce son, très faible. À plus de 900 mètres sous la glace, quelque chose appelle. Dans l’euphorie générale, une expédition vers le centre de la Terre se met en place.

Un roman universel devenu un classique de la littérature mêlant aventure, histoire d’amour et chronique scientifique.

Mon avis :
Il y a quelques mois, Daphné présentait ce roman qui avait marqué son adolescence. Si le titre ne m’était pas inconnu, l’histoire l’était. Et l’enthousiasme de Daphné a suscité ma curiosité Je sors donc de ma zone de confort avec un roman de science-fiction, genre pour lequel je n’ai aucun attrait.
Au cours d’une mission scientifique en Antarctique, des scientifiques tombent sur un signal d’origine inconnue à près de mille mètres de profondeur sous la glace. Cette découverte bouleverse toutes les certitudes scientifiques et les nations, pour une fois, s’unissent pour tâcher d’en savoir plus. Profondément enfouis sous la neige, ils découvrent les vestiges d’une civilisation disparue 900 000 ans auparavant. Ils découvrent enfin l’origine du signal, une coque contenant un homme et une femme, encore en vie et qu’ils vont tenter de réveiller, ressuscitant avec eux les souvenirs du passé.
La nuit des temps est un de ces romans qui ne s’oublie pas si facilement, car il soulève de nombreuses interrogations et pousse à la réflexion. Dans le roman, les certitudes scientifiques, étayées par des faits, des études et des observations, sont balayées par la découverte de cette civilisation perdue. Une civilisation intelligente et évoluée, alors que l’on pensait que l’homme n’avait pas encore appris à faire du feu ! Alors bien entendu c’est une fiction, mais pour autant ce que nous prenons pour des vérités établies ne pourraient-elles pas être un jour réfutées ? La vérité et la connaissance sont donc des notions mouvantes, susceptibles d’évoluer, de disparaître ou d’apparaître.
Les souvenirs d’Eléa nous racontent une société idéale, où chacun trouve sa voie en fonction de ses aptitudes et forme un couple uni dès le plus jeune âge avec son âme sœur, les richesses sont partagées, la paix et la sérénité règnent. Mais ce n’est qu’une façade. Car il y a des exclus du système, ceux qui n’ont plus de clé (pour quelles raisons, cela n’est pas mentionné) vivent en marge de la société. La hiérarchie sociale est très stricte et les frontières entre les classes infranchissables, on pourrait presque parler de castes. Et toute contestation est sévèrement réprimée par les gardes blancs, ces soldats élevés dès leur plus jeune âge pour devenir des guerriers impitoyables, obéissant aveuglément aux ordres. Au fond, ce qui caractérise Gondawa, c’est l’absence totale de liberté individuelle, de choix y compris dans les aspects les plus intimes de la vie de ces membres.
Le choix est d’ailleurs l’un des éléments fondamentaux de l’histoire d’Eléa, de Païkan, et même de Coban. Bien qu’il aimerait sauver sa fille, Coban se soumet à ce qu’il considère comme son devoir, Païkan est irrésolu et Eléa décidée à ne pas accepter le destin qu’on lui impose. Tout le paradoxe de cette société est illustré par la répression violente de la révolte des étudiants, répression totalement absurde étant donné le contexte.
Ne pas oublier non plus la misogynie du roman à travers les critères de sélection des deux personnes placées dans le caisson. L’homme (Coban) est choisi pour ses qualités intellectuelles, la femme (Eléa) pour son physique.
Enfin c’est un roman profondément ancré dans son époque par certains aspects. Bien qu’il s’agisse d’une dystopie et que les années 60 du roman soient bien loin de la réalité de l’époque sur le plan technologique, le contexte politique (la guerre froide, le clivage entre pays riches et pays pauvres) est bien réel. On pourrait ainsi craindre que le roman ait vieilli, or il n’en est rien, bien au contraire certaines réflexions semblent particulièrement modernes. Car l’homme actuel n’est guère différent de l’homme de Gondawa, prêt à détruire l’autre pour s’approprier ses biens, parce qu’il est autre et en tant que tel fait peur.
J’ai beaucoup aimé ce roman porté par une écriture excellente, mais j’ai tout de même certains bémols (la mièvrerie de certaines descriptions avec les prés fleuris de la lune, les chevaux bleus,… ou la superficialité des sentiments de Simon ou pire encore l’origine des peuples noirs qui viendraient en réalité de … mars !!!).

Extrait :
« Il n’en pouvait plus de toute cette glace et de ce vent, et de ce vent, et de ce vent qui ne cessait jamais de s’appuyer sur lui, sur eux, sur tous les hommes de l’Antarctique, toujours du même côté, avec ses mains trempées dans le froid de l’enfer, de les pousser tous sans arrêt, eux et leurs baraques et leurs antennes et leurs camions, pour qu’ils s’en aillent, qu’ils débarrassent le continent, qu’ils les laissent seuls, lui et la glace mortelle, consommer éternellement dans la solitude leurs monstrueuses noces glacées… »

« Leur civilisation disparue, ils se sont retrouvés comme des escargots dont un gamin a cassé et arraché la coquille pour voir comment c’est fait dedans. (…) Ils sont repartis d’au-dessous du barreau le plus bas de l’échelle, et ils ont refait toute la grimpette, ils sont retombés en route, ils ont remonté encore, et retombé, et, obstinés et têtus, le nez en l’air, ils recommençaient toujours à grimper, et j’irai jusqu’en haut, et plus haut encore ! Dans les étoiles ! Et voilà ! Ils sont là ! Ils sont nous ! Ils ont repeuplé le monde, et ils sont aussi cons qu’avant, et prêts à faire de nouveau sauter la baraque. C’est pas beau ça ? C’est l’homme ! »



10 commentaires:

  1. Je l'ai lu il y a bien longtemps. J'aimais les romans de Barjavel, à l'époque, ils étaient assez incontournables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis passée à autre chose et lui il a été quelque peu oublié .. Il faudrait que je les relise pour voir s'ils ont bien vieilli.

      Supprimer
  2. Je l'ai lu il y a longtemps, et hélas ne me souviens que du côté mièvre... Dommage, car il y a autre chose. ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a beaucoup de choses mais certains aspects sont effectivement assez décourageants.

      Supprimer
  3. Je te rejoins sur ton ressenti. COmme toi, je l'ai lu tardivement, il n'y a pas si longtemps d'ailleurs. Et si j'ai adoré le sujet, il y a effectivement des aspects un peu vieillots qui ne m'ont pas touchée.

    RépondreSupprimer
  4. Je l'avais lu à l'adolescence, et j'avais adoré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que ceux qui l'ont lu à sa sortie ou quand ils étaient ados l'ont plus aimé, que les lecteurs plus tardifs.

      Supprimer
  5. Bien sûr que certains éléments sont disons... datés (les prés lunaires, les blacks martiens...) mais quelle histoire ! Un scénario profondément humain pour un des rares chef d'oeuvres de la SF française.

    RépondreSupprimer