lundi 11 mai 2020

Harry Potter et la coupe de feu - J.K. Rowling

Par Daphné




Auteur : J.K.Rowling
Titre : Harry Potter et la coupe de feu
Editeur : Gallimard Jeunesse
Langue d'origine : anglais
Traducteur: Jean-François Ménard
Nombre de pages : 651
Date d'édition : 2000


Résumé de l'éditeur :


Après un horrible été chez les Dursley, Harry Potter entre en quatrième année au collège dePoudlard. A quatorze ans, il voudrait simplement être un jeune sorcier comme les autres, retrouver ses amis Ron et Hermione, assister avec eux la Coupe du Monde de Quidditch, apprendre de nouveaux sortilèges et essayer des potions inconnues. Une grande nouvelle l'attend à son arrivée : la tenue à Poudlard d'un tournoi de magie entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les spectaculaires délégations étrangères font leur entrée... Harry se réjouit. Trop vite. Il va se trouver plongé au coeur des événements les plus dramatiques qu'il ait jamais eu à affronter.

Envoûtant, drôle, bouleversant, ce quatrième tome est le pilier central des aventures de Harry Potter.

Mon avis :

Ce tome-là marque un tournant dans la saga d'Harry Potter. C'est le livre du milieu, le premier à mal finir, celui qui annonce une suite plus sombre, plus dure que ne l'a été la saga jusque-là. Il ne commence ni ne se termine à la manière des trois premiers tomes. 

Les personnages évoluent, grandissent. Les convictions et le sens de la justice d'Hermione commencent à bien se dessiner, Harry de plus en plus de talent pour la défense des forces du mal (il faut dire aussi qu'il s'y retrouve contraint et forcé!), le manque de confiance en lui de Ron se devine davantage dans la jalousie qu'il ressent envers Harry ou sa frustration face à la pauvreté de sa famille. Nos héros vivent leurs premiers émois amoureux, doutent parfois de leur amitié. ils ont quatorze ans et entrent vraiment dans l’adolescence. 

On en apprend davantage sur le monde de la magie, les écoles autres que Poudlard, l'importance du quiddich... et les mangemorts. Les parallèles au monde réel que dénoncent ici J.K.Rowling deviennent de plus en plus évidents : le monde de Harry a beau être magique, on y retrouve des allusions au racisme, à la montée du nazisme. A travers l'obstination d'Hermione à vouloir lutter contre la journaliste Rita Skeeter, on peut voir une dénonciation des dérives de la presse. elle développe par ailleurs une certaine conscience politique et sociale en créant la S.A.L.E, une association visant à développer les droits des elfes de maison. 

La montée en puissance de Voldemort et de ses partisans se fait de plus en plus présente au fil des pages. On en apprend de plus en plus sur les méthodes qu'il utilisait pour rallier les mangemorts et pour semer la terreur autour de lui. Si le tournois des trois sorciers est au centre de ce livre, il s'y passe cependant beaucoup d'autres choses et, comme on peut le constater au fur et à mesure, toutes ont leur importance. Le tournois est cependant très symbolique : est-il là pour créer des liens entre sorciers de différents pays ou les pousse-t-il à rivaliser entre eux ? Comme il sera remarquer à la fin du livre, c'est la manière dont les sorciers verront ce genre de choses  qui détermineront l'avenir. L'union ou la désunion...

Je me souviens de mon sentiment de frustration la première fois que j'ai refermé ce livre : Harry Potter, à ce moment-là, n'était pas encore aussi connu en France que ce qu'il allait bientôt devenir et le quatrième tome venait juste de sortir... J'avais lu les quatre premiers tomes les uns à la suite des autres, et m'étais retrouvée complètement dépitée devant une telle fin... d'autant qu'il m'a fallu attendre trois ans la sortie du tome suivant! Oui, la fin est ici complètement différente de celles des trois tomes précédents et elle n'annonce pas de bons moments à venir pour Harry et ses amis... 




Extrait :

"Le feu de la Coupe était redevenu rouge. Des étincelles volaient en tous sens et une longue flamme jaillit soudain, projetant un nouveau morceau de parchemin.
D’un geste qui semblait presque machinal, Dumbledore tendit la main et attrapa le parchemin entre ses longs doigts. Il le tint à bout de bras et lut le nom qui y était inscrit. Un long silence s’installa, pendant lequel il continua de fixer le parchemin, tous les regards tournés vers lui. Enfin, Dumbledore s’éclaircit la gorge et lut à haute voix :
– Harry Potter."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire