lundi 12 décembre 2016

L'océan au bout du chemin - Neil Gaiman

Par Daphné















Auteur :  Neil Gaiman
Titre : L'océan au bout du chemin
Genre : roman
Langue d’origine : anglais 
Traducteur : Patrick Marcel
Editeur : au diable vauvert
Nombre de pages : 310
Date de parution : 2013


Résumé de l'éditeur :

De retour dans le village de sa jeunesse, un homme se remémore les événements survenus l'année de ses sept ans. Un suicide dans une voiture volée. L'obscurité qui monte. Et Lettie, la jeune voisine, qui soutient que la mare au bout du chemin est un océan...

Mon avis :

Il y a des livres que l'on commence avec une idée plus ou moins précise de ce que l'on va trouver à l’intérieur... et qui vous surprennent totalement! Pour moi, L'océan au bout du chemin fait partie de ceux-ci. Je pensais lire un livre sur l'enfance et ses souvenirs. Cela a bel et bien été le cas mais je ne m’attendais pas du tout en revanche au côté surréaliste de ce livre. 

Le narrateur se souvient de ses sept ans. Il se souvient de Lettie, cette étrange fillette qui pensait que la mer de son jardin était un océan. Il se souvient d'Ursula Monkton, chargé d elle garder sa sœur et lui durant l'absence de leurs parents. Mais de ces souvenirs resurgissent une étrange aventure, une aventure comme on ne peut les vivre que lorsqu'on est enfant. 

Le monde n'est-il pas, à cet âge là, peuplé de fées et de sorcières? La réalité ne côtoie t-elle pas sans cesse le merveilleux? Et arrive-t-on vraiment à cet âge là à différencier le réel de l'imaginaire? Que reste t-il plus tard de ce goût d'enfance, de cette réalité mêlée de fantasque qui fut la nôtre? Toutes ces questions sont celles qui font l'objet de ce livre. On peut voir celui-ci de deux manières : l'histoire fantastique d'un petit garçon témoin d’événements extraordinaires ou celle d'un enfant à l'imagination débordante. Le fin mot de l'histoire ne nous sera pas donné. Toujours est il que l'auteur parvient avec brio à nous plonger dans le monde de l'enfance et dans les souvenirs qu'on en garde. Comme il le dit, “Les souvenirs d'enfance sont parfois enfouis et masqués sous ce qui advient par la suite, comme des jouets d'enfance oubliés au fond d'un placard encombré d'adulte, mais on ne les perd jamais pour de bon.” Cette lecture nous amène à nous interroger sur ses souvenirs enfouis au fond de nous. Ne vaut-il pas mieux oublier certaines choses pour pouvoir avancer? A quel moment l'enfant qui sommeille en nous se réveille-t-il et pour quelle raison? Suffit-il d'une odeur ou de la vue d'un lieu de noter enfance pour que les souvenirs affluent? Disparaissent-ils ensuite comme ils sont venus? A la manière d'un conte, l'auteur nous amène à ces réflexions. Et on ne peut lui que lui reconnaître son talent de conteur grâce auquel il parvient à nous emporter dans l'univers d'un enfant de sept ans.

Un livre qui fait appel à notre imagination et qu'il fait bon de lire pour retrouver son âme d'enfant.

Extrait :

"Personne ressemble vraiment à ce qu'il est réellement à l'intérieur. Ni toi. Ni moi. Les gens sont beaucoup plus compliqués que ça. C'est vrai pour tout le monde."

Lu dans le cadre du Petit bac 2016, 
catégorie voyage





Aucun commentaire:

Publier un commentaire