mardi 3 octobre 2017

La porte - Magda Szabo

Par Ariane



Prix fémina étranger 2003
Auteur : Magda Szabo

Titre : La porte

Genre : roman

Langue d’origine : Hongrois

Traducteur : Chantal Philippe

Editeur : Viviane Hamy

Nombre de pages : 286p

Date de parution : août 2003

Présentation de l’éditeur :

La Porte est une confession. La narratrice retrace sa relation avec Emerence qui fut sa femme de ménage pendant une vingtaine d’années. L’une est vieille, l’autre jeune, l’une sait à peine lire, l’autre ne « respire » que par les mots, l’une arbore l’humilité comme un blason, l’autre l’orgueil de l’intellectuelle sur-cultivée. Et pourtant la vieille servante va tout apprendre à l’écrivain adulée, car elle est la générosité incarnée ; dès qu’il s’agit de sauver une vie, celle d’un Juif, d’un Allemand, d’un voleur ou d’un chaton abandonné, Emerence ne réfléchit pas une seconde. La narratrice fait le portrait haut en couleur de ce personnage lumineux au caractère difficile et singulier, qui agit en véritable despote sur son entourage, qui consent à tout.



Mon avis :

Ce que j’aime avec les blogs, c’est pouvoir découvrir des livres vers lesquels je ne me serai pas tournée de moi-même. Et pour ce roman de Magda Szabo, cela aurait probablement été le cas, n’eut été le billet de Keisha, qui pourtant ne débordait pas d'enthousiasme. 

La narratrice (Magda Szabo elle-même) raconte sa relation pour le moins étrange avec Emerence sa femme de ménage. Une relation faite d’admiration mutuelle autant que d’incompréhension, d’affection et de rancœur, entre ces deux femmes que tout oppose.

Emerence est un personnage complexe et insaisissable. Elle est le cœur du quartier, indispensable et familière à tous, et pourtant mystérieuse, ne livrant que des bribes épars de sa vie, chacun de ses amis n’en détient qu’un morceau. Et si tous les habitants du quartier se retrouvent fréquemment devant la porte d’Emerence, personne n’a accès au logement, repère secret et protégé de la vieille femme. Cet appartement qu’elle cache à tous est son sanctuaire et sa forteresse. Emerence est un personnage touchant, une femme entière dans ses affections comme dans ses colères, entourée d’amis bienveillants et pourtant terriblement seule, délicate et violente à la fois, secrète et explosive. Emerence est inoubliable.

La narratrice est troublée devant ce personnage énigmatique. Cette intellectuelle, issue de la bourgeoisie, romancière reconnue et pleine de bonnes intentions, se retrouve démunie face à Emerence, qui lui dévoile un monde qu’elle ne soupçonnait pas. C’est la confrontation de deux univers, de deux personnalités, qui apprennent à s’apprivoiser, à se respecter et même à s’aimer.

Et impossible aussi d’oublier Viola, le chien de la narratrice, qui pourtant verra toujours Emerence comme sa maîtresse, n’obéissant qu’à elle et cherchant toujours la compagnie de la vieille dame. Viola, seul être autorisé à franchir la porte close du logement d’Emerence, passeur entre le monde secret de celle-ci et l’extérieur, gardien de ses secrets.

La porte est un roman intense, difficile probablement, mais magnifique.



Extraits :

« L’expérience m’avait appris à ne jamais lui poser trop de questions, sous peine qu’effarouchée elle n’en dise encore moins. »


« Emerence était capable de m’inspirer les plus nobles sentiments comme les pires grossièretés, l’idée que je l’aimais me mettait parfois dans un état de fureur qui me prenait au dépourvu. »


« Il était impossible d’expliquer la nature, l’intensité de notre relation ou le fait qu’Emerence était pour chacun de nous une nouvelle mère, bien qu’elle ne ressemblât à aucune des nôtres. »


« Je restais là à contempler l'alignement militaire des pieds de maïs et à me demander quelle pouvait être la mémoire de la terre, quand elle recouvre tant de sang, de morts, d'échecs et de rêves. Comment peut-elle encore donner, avec de tels souvenirs ? Peut-être justement à cause d'eux ? »


« N’aimez jamais éperdument, cela ne peut que vous mener à votre perte. Si ce n’est pas tout de suite, c’est plus tard. Le mieux, c’est de ne jamais aimer personne. »

D'autres avis chez Keisha, Jostein

10 commentaires:

  1. Ouf, mon avis ne t'a pas écartée d'un beau roman qui enthousiasme plein de lecteurs! Et puis, la littérature hongroise mérite le détour;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout de même toi qui m'a poussée vers ce livre !

      Supprimer
  2. Je ne sais pas si je lirai celui-là mais je suis très tentée par son dernier roman qui vient de paraître "Abigaël".

    RépondreSupprimer
  3. De ces romans dont on se dit qu'on doit le lire... et qu'on a toujours pas lus comme c'est mon cas ici :-)
    Mais j'ai bien l'intention de le lire un jour !

    RépondreSupprimer
  4. Je veux le lire depuis des années .. je ne désespère pas d'y arriver.

    RépondreSupprimer
  5. Malgré le côté difficile, il me tente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas l'histoire en elle-même qui est difficile, c'est surtout qu'il est assez exigeant.

      Supprimer