vendredi 15 décembre 2017

Poupée volée - Elena Ferrante

Par Daphné














Auteur : Elena Ferrante 
Titre : Poupée volée
Genre : roman
Langue d’origine : italien
Traducteur : Elsa Damien
Editeur : Folio
Nombre de pages : 196
Date de parution :  2009

Résumé de l'éditeur :

Pourquoi Leda interrompt-elle brusquement ses vacances? Au bord de la mer, elle était subjuguée par une famille et en particulier une jeune femme, Nina, et sa fille Elena. Quand la petite Elena perd sa poupée, c’est toute la famille qui se mobilise pour la retrouver et ne pas gâcher ses vacances, jusqu’à mener des actions inquiétantes telle une battue organisée sur la plage. Or c’est Leda qui a pris la poupée. Pourquoi ce geste insensé? 
Le portrait d’une femme qui oscille entre raison et folie, un subtil jeu de miroirs grossissants servi par une écriture précise qui fouille avec justesse la moindre plaie.


Mon avis :

Cela faisait déjà un moment que je voulais découvrir ce livre. Elena Ferrante a une écriture que je trouve vraiment prenante, captivante. si j'ai été moins séduite par Les jours de mon abandon, j'ai eu un tel coup de cœur pour la saga de l'Amie prodigieuse que j'avais hâte de lire un autre de ses romans. 

Leda, en vacances au bord de la mer, se prend de fascination pour une jeune femme et sa fille qu'elle observe chaque jour sur la plage... jusqu'au jour où elle emporte dans son sac la poupée de l'enfant...

Il y a quelque chose de  dérangeant et de captivant à la fois dans le portrait que dresse l'auteur de son héroïne. On se sent happée par les sentiments de cette femme, sentiments ambivalents de la maternité, notamment. La relation qu'entretient Leda avec ses filles, relation prise entre l'amour et le besoin de détachement et sa fascination pour la jeune Nina et sa fille Elena ont de quoi mettre le lecteur mal à l'aise. Les ressentis de Leda sont troublants, décortiqués par elle-même d'une manière quasi clinique.

Le personnage de Leda n'est pas sans rappeler celui d'Elena dans L'amie prodigieuse dans sa quête d'identité, sa difficulté à concilier vie de femme et vie de mère, son détachement avec ses origines... Ces thèmes semblent d'ailleurs plus ou moins récurrents dans les livres d'Elena Ferrante. 

L'auteur nous livre là un portrait de femme assez saisissant avec ses contradictions, sa complexité, ses forces et ses faiblesses. Elle semble avoir un véritable talent pour sonder le cheminement psychologique de ses personnages. Son écriture, franche et directe, sans aucun artifice m'a happée une fois de plus. Même si j'ai eu du mal à éprouver de la sympathie pour la mère qu'est Leda, je me suis retrouvée captivée par l'observation qu'elle fait d'elle-même et de ceux dont elle voit défiler les vacances sur la plage.

Elena Ferrante a décidément un talent d'écriture inimitable!

Extrait  :

"Je remontai à travers les dunes et entrai dans la pinède, mais de là aussi j'avais l'impression d'entendre les hurlements de la petite fille. J'étais troublée, je portai une main à la poitrine pour calmer mon cœur qui battait trop fort. La poupée, c'est moi qui l'avait prise, elle était dans mon sac."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire