mardi 18 juillet 2017

La dent du serpent - Craig Johnson

Par Ariane



Auteur : Craig Johnson

Titre : La dent du serpent

Genre : roman policier

Langue d’origine : anglais (américain)

Traducteur : Sophie Aslanides

Editeur : Gallmeister

Nombre de pages : 384p

Date de parution : mai 2017

Présentation de l’éditeur :

Toute cette affaire n’avait au départ l’air de rien : un gamin fugueur qui se réfugie dans un cabanon et se nourrit en se servant dans les placards d’une vieille dame. Mais quand le shérif Walt Longmire essaie de ramener Cord chez lui, il se retrouve face à une propriété gardée par des miradors qui abrite une communauté polygame. Et tout ce petit monde, orchestré par un patriarche habile et un homme de main au passé trouble, affirme ne rien savoir de l’adolescent. Le shérif s’engage alors avec son équipe dans une enquête très glissante dont ils ne ressortiront pas indemnes.



La Dent du serpent place le shérif du comté le moins peuplé de l’État le moins peuplé des États-Unis face au pire des adversaires qu’il ait jamais eu à affronter.



Mon avis :

Ah enfin !!! Quel plaisir de retrouver le shérif Longmire et toute sa clique ! Depuis que j’ai découvert les romans de Craig Johnson grâce à d’autres blogueuses (je pense notamment à Keisha), j’attends avec impatience chaque nouvelle aventure du shérif du comté d’Absaroka.

Heureusement qu’ils ne sont pas nombreux les habitants du comté d’Absaroka, car le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils sont un peu siphonnés. Comme cette gentille mamie qui explique à un shérif sceptique, qu’un ange fait des petits travaux chez elle pendant qu’elle est sortie. Un ange qui a réparé la gouttière et la porte et qui adore le poulet pané de chez Chester. Mais ce n’est pas un ange que trouve le shérif, juste un adolescent paumé et un peu étrange. Ses recherches pour retrouver sa famille, le mèneront à la confrontation avec une communauté religieuse dérivée du mouvement mormon mais qui cache des intentions bien peu recommandables.

J’ai retrouvé dans ce nouveau roman tout ce que j’aime chez Craig Johnson : des personnages hauts en couleur, une histoire un peu tirée par les cheveux, une bonne touche d’humour et les grands paysages des Hautes Plaines. Je ne vais rien dire de plus sur Walt ou Henry que ce que j’ai dit dans les articles précédents. Mais il y a un personnage qui m’agace de plus en plus : Vic Moretti, adjointe et amante de Walt. Si j’appréciais beaucoup au début le fort tempérament et la langue acérée de la jeune femme, au fil du temps je la trouve de plus en plus brutale et agressive. Mais la goutte d’eau a été ses soupçons ses collègues. Un peu déloyale tout de même la demoiselle ! Sa relation avec Walt est également troublante. Si je n’aime pas du tout le mélo et l’ambiance romantique à grands renforts de sanglots et de grandes déclarations, l’inverse ne me plaît pas plus. Difficile de trouver moins romantique qu’elle !

Ceci mis à part, c’est une nouvelle fois un excellent roman que j’ai adoré ! Et pour les accros, le site Gallmeister, éditeur français de Craig Johnson, propose quelques nouvelles inédites à télécharger gratuitement (par ici).



Extrait :

« - Quelle bande de débiles. Vous arrivez enfin à faire pousser un arbre, et vous y pendez quelqu'un. »

« Les preuves génétiques n’ont pas de valeur dans le Dakota du Sud, tout le monde a le même ADN. »

http://ennalit.canalblog.com/archives/2016/12/01/34551554.html

6 commentaires:

  1. A part le fait qu'on se demande comment avec aussi peu d'habitants il peut y avoir autant d'affaires criminelles dans le comté d'Absaroka, je suis une grande fan aussi ! J'ai dans ma PAL "Tous les démons sont ici", j'avance tranquillement dans la série !

    RépondreSupprimer
  2. Je vais emprunter "l'indien blanc", j'essaie de reprendre la série dans l'ordre, ça fait longtemps que j'ai laissé tomber Walt, alors que je l'aime bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime aussi mieux lire ce genre de série dans l'ordre.

      Supprimer
  3. Marrant, je viens juste de le terminer! De toute façon je lis la série.

    RépondreSupprimer